Formule 1 - Williams, Toro Rosso et Force India: rêves de podiums

Reuters

Deux écuries seulement ont réussi à se faire une place sur les podiums de Formule 1 en 2016, à côté de Mercedes, Red Bull et Ferrari: Williams et Force India. Toro Rosso rêve de les imiter en 2017.                 

Williams (3e en 2015, 5e en 2016): la résurrection de Massa?                                  

L'écurie fondée par Sir Frank et dirigée depuis 2013 par sa fille Claire ne joue plus dans la cour des grands, mais espère réaliser quelques bons coups au nez et à la barbe des trois "Top Teams".

Pour cela, outre le retour au bercail de Paddy Lowe en tant que directeur technique, elle comptera surtout sur l'expérience du vice-champion du monde 2008, Felipe Massa, finalement resté.

Alors qu'il devait quitter la Formule 1 pour piloter normalement une Formule E, le transfert de Bottas vers Mercedes suite à la retraite surprise de Rosberg a en effet provoqué ce revirement inattendu.

Le Brésilien a paru en excellente forme à Barcelone où il a signé le cinquième meilleur temps des essais hivernaux derrière les Ferrari et les Mercedes.

Son coéquipier, le "rookie" canadien Lance Stroll, devra d'abord faire oublier qu'il ne doit selon certains son volant qu'à la fortune de son multimilliardaire de père et prouver qu'il mérite sa place en terminant régulièrement dans les points.                 

Toro Rosso (7e en 2015 et en 2016): la saison de l'affirmation ?                                  

Depuis longtemps dans l'ombre de sa grande soeur Red Bull, Toro Rosso a désormais de l'appétit, surtout que son bloc Ferrari daté a laissé place à un moteur Renault flambant neuf.

Rétrogradé après quatre courses en 2016 dans un jeu de chaises musicales avec Max Verstappen, le Russe Daniil Kvyat est forcément revanchard. A lui de démontrer qu'à seulement 22 ans, il a encore un avenir dans la catégorie reine.

Mais les meilleurs espoirs de l'écurie de Faenza reposent sur les épaules de Carlos Sainz Jr, fils de l'ancien champion du monde des rallyes, qui a réalisé le septième temps à Barcelone.

L'Espagnol, dont le talent évident attire déjà nombres d'écuries, a fini dix fois dans les points l'an passé, avec notamment trois sixièmes places à Barcelone, Austin et Sao Paulo.

La tâche sera néanmoins ardue puisqu'en onze saisons seul Sebastian Vettel est parvenu à monter sur le podium au volant d'une Toro Rosso. C'était en 2008 lors de la première victoire de l'Allemand en F1, à Monza.                 

Force India (5e en 2015, 4e en 2016): le plus dur c'est de confirmer?                 

L'équipe de Vijay Mallya, l'homme d'affaires indien, a vécu en 2016 sa meilleure saison de F1, en termes de résultats, et s'est permis de griller la priorité à Williams, qui dipose pourtant d'un budget supérieur et d'un palmarès plus fourni.

Bien aidée par ses moteurs Mercedes, l'équipe a montré lors des essais hivernaux, qu'il faudrait encore compter avec elle cette année, grâce notamment à un châssis très efficace.

Force India a récolté un podium en 2015, et deux autres en 2016, à chaque fois grâce à "Checo" Pérez. Le Mexicain va cette fois devoir compter avec l'arrivée dans l'autre baquet du prometteur français Esteban Ocon.

Alors qu'il ne compte que neuf GP disputés avec la défunte écurie Manor, Ocon, déjà très ambitieux malgré ses 20 ans, a pour "objectif de terminer dans les points à chaque course".