Roland-Garros: Serena Williams battue dès le 3e tour, pas de 24e Grand Chelem

AFP


A 37 ans passés, la championne américaine voit s'évanouir une fois de plus son rêve d'égaler le record absolu de trophées en Grand Chelem établi par l'Australienne Margaret Court dans les années 1960-1970. Revenue de maternité en mars 2018, elle a trébuché deux fois sur la dernière marche, à Wimbledon (contre Kerber) puis à l'US Open (contre Osaka), l'année dernière. Puis elle a craqué en quarts de finale de l'Open d'Australie en janvier.

Il s'agit de l'élimination la plus précoce en Grand Chelem de la cadette des soeurs Williams depuis Wimbledon 2014 (3e tour).

Sa saison 2019 a été jusque-là hachée par des soucis physiques à répétition, au genou principalement. Entre son quart de finale à l'Open d'Australie en janvier et Roland-Garros, Serena n'avait plus gagné que trois matches, chacun suivi par un abandon ou un forfait.

Depuis son retour de grossesse, l'ex-N.1 mondiale aujourd'hui 10e n'a plus remporté le moindre trophée.

Alors que le tirage au sort avait dessiné un potentiel face-à-face entre Serena et la N.1 mondiale Naomi Osaka en quarts de finale, aucune des deux n'a atteint la deuxième semaine sur la terre battue parisienne. Osaka s'est inclinée 6-4, 6-2 plus tôt dans la journée contre la Tchèque Katerina Siniakova (42e).

Pour la première fois en huitièmes de finale en Grand Chelem à 20 ans, Kenin y défiera l'Australienne Ashleigh Barty, N.8 mondiale, victorieuse quelques minutes plus tôt de l'Allemande Andrea Petkovic (6-3, 6-1).

"C'est beaucoup d'émotion. Serena est une telle joueuse, une telle championne. Il faut se battre sur chaque point quand on joue contre elle", a commenté Kenin.