Nadal et Sharapova ont un peu ramé, Serena a tenu

Reuters

 


Rafael Nadal et Maria Sharapova ne se sont pas amusés pour leur entrée en lice à Roland-Garros: le décuple lauréat du tournoi a failli perdre son premier set depuis trois ans, alors que la Russe s'est retrouvée à trois jeux d'une élimination précoce.

Serena Williams a effectué un retour gagnant à Paris, dans une tenue singulière, pendant que Caroline Garcia s'est baladée.


                  
Nadal a failli perdre un set           


       
Novak Djokovic, qui avait fait chuter le champion espagnol lors des quarts de finale en 2015 (7-5, 6-3, 6-1), reste  le dernier joueur à avoir pris un set à Nadal à Roland Garros. Mais le lucky loser italien Simone Bolelli était à un point d'y parvenir avant de céder 6-4, 6-3, 7-6 (11/9). Il s'est procuré quatre balles pour le gain de la troisième manche dans le jeu décisif. Nadal a dû sortir le grand jeu, dont un passing de coup droit gagnant venu d'une autre planète, pour le faire plier.

"J'ai vraiment souffert aujourd'hui. C'était un bon test", a reconnu le Majorquin, 31 ans, qui a trouvé le court central Philippe-Chatrier "plus glissants que les années précédentes". Il lui a fallu ferrailler pendant trois heures d'un match disputé sur deux jours en raison de la pluie. La partie avait été interrompue lundi dans la soirée alors que le tenant du titre avait remporté les deux premiers sets (6-4, 6-3) mais était mené 3-0 dans la troisième manche.

Avec cette 80e victoire à Paris, l'ogre de l'ocre en est désormais à 29 sets remportés de suite sur son terrain fétiche, en incluant la seconde manche non achevée (2-0) lors des quarts de finale l'an dernier face à son compatriote Pablo Carreno, contraint à l'abandon sur blessure (abdominaux). Mais face à Bolelli, il a concédé en un seul match plus du tiers du nombre total de jeux qu'il avait lâchés l'an passé (35). 


                  

La combinaison gagnante de Serena         

          
C'est vêtue d'une combinaison noire à ceinture rose, que l'Américaine aux 23 trophées du Grand Chelem, dont trois à Paris (2002, 2013, 2015). Une combinaison gagnante puisque l'ancienne N.1 mondiale s'est imposée 7-6 (7/4), 6-4) face à la 70e mondiale, la Tchèque Kristyna Pliskova. "Roland-Garros m'a tellement manqué, la compétition aussi", a dit l'ancienne N.1 mondiale, qui avait raté la dernière édition pour cause de grossesse et n'avait disputé que quatre matches (2 victoires, 2 défaites) cette saison, en mars.

Elle a signé son premier succès en Grand Chelem depuis la finale remportée à Melbourne en 2017. A Paris, il s'agit de sa première victoire depuis la finale perdue en 2016 face à l'Espagnole Garbiñe Muguruza. 

"Deux ans (sans jouer à Paris) c'est long. Ce n'était pas simple, mais je me suis entraînée dur pour être prête. Je me sens bien et je suis simplement heureuse d'avoir gagné un match ici", a savouré la cadette des soeurs Williams, 36 ans, qui n'a rien perdu de sa puissance mais qui a tout fait pour abréger les points et limiter les déplacements. 


                  
Sharapova soulagée     


             
La "Tsarine" s'est fait une grosse frayeur contre la Néerlandaise Richel Hogenkamp (133e), pour son premier match sur la terre battue parisienne depuis 2015. Menée 3-0 dans la troisième et dernière manche par la Néerlandaise Richel Hogenkamp, issue des qualifications, elle renversé la situation pour l'emporter (6-1, 4-6, 6-3) en près de deux heures.


Double lauréate du tournoi en 2012 et 2014, la star russe avait manqué les deux dernières éditions. En 2016, elle purgeait une suspension de 15 mois pour dopage au meldonium. L'an passé, quelques semaines après son retour de suspension, les organisateurs n'avaient pas souhaité lui accorder d'invitation alors qu'elle n'était pas assez bien classée pour intégrer le grand tableau. Blessée à une jambe, elle n'avait pas pu se présenter aux qualifications.


                  
Garcia s'est promenée      


            
La N.1 française (7e mondiale), n'a concédé qu'un petit jeu à la Chinoise Duan Yingying (6-1, 6-0) et a fini en moins d'une heure. 

Après un premier jeu de service cédé à son adversaire, la quart-de-finaliste sortante a inscrit douze jeux d'affilée pour une balade sur le court Suzanne-Lenglen, conclue sur un revers gagnant.