Sarri s'attendait à des moments plus compliqués

Reuters

Loin d'être grisé par le bon démarrage de Chelsea en Premier League, son entraîneur Maurizio Sarri a expliqué qu'il s'attendait à des moments plus difficiles vendredi en conférence de presse avant la réception du leader Manchester City le lendemain.

"Je savais que tôt ou tard, nous ferions face à des difficultés", a assuré vendredi l'entraîneur des Blues, défaits deux fois sur les trois derniers matches de championnat après être restés invaincus jusqu'à la 13e journée.

"Quand on change de façon de jouer, de style de jeu, on doit changer aussi la mentalité (de l'équipe)", a défendu l'Italien, réputé pour son football flamboyant. "Il faut changer la mentalité chez 25 personnes, alors ce n'est pas rapide. C'est très difficile."

Invaincus après 12 journées de Premier League, les Londoniens marquent le pas depuis et ont glissé à la 4e place du championnat, à 10 points de Manchester City.

Le coach de Chelsea a préféré ne pas s'étendre sur la méthode à employer pour faire chuter samedi les Citizens de Guardiola, toujours invaincus cette saison en Premier League,

"Je ne sais pas (...). J'ai perdu chacun de mes matches contre Guardiola alors je ne sais pas. Vous n'avez qu'à demander à quelqu'un d'autre", a éludé l'ancien banquier devenu entraîneur.

"Aujourd'hui, ils sont meilleurs que nous mais notre objectif final est d'être la meilleure équipe en Europe", a affiché Sarri. "Nous devons travailler, nous devons nous améliorer. En 90 minutes tout est possible. Nous savons que ce sera très difficile mais nous devons y croire."

L'obstacle sera d'autant plus haut que l'ancien entraîneur de Naples ne s'explique les difficultés de son équipe contre Fulham - malgré la victoire 2-0 - puis la défaite à Wolverhampton mercredi.

"Ce n'est vraiment pas facile de répondre", a-t-il reconnu. "Nous n'avons pas réagi en équipe, à 11. Mais de 11 façons différentes. C'est donc un gros problème. Nous n'avons pas été capable d'avoir la détermination pour gagner le match."