Open d'Australie: Nick Kyrgios en folie, Nadal en contrôle

AFP

 

Nick Kyrgios a remporté un match de folie, aussi spectaculaire que tendu, samedi au 3e tour de l'Open d'Australie où Rafael Nadal a livré son "meilleur match". Bonne nouvelle: les deux joueurs s'affronteront en 8es de finale !
 
Le N.1 mondial, qui a avoué avoir suivi jusqu'au milieu de la nuit la qualification épique de Roger Federer, a néanmoins balayé quelques heures plus tard son compatriote Pablo Carreno (30e) 6-1, 6-2, 6-4. 
 
"Il y a une énorme différence entre aujourd'hui et les jours précédents. J'ai bien servi et j'ai commencé à créer des failles avec mon coup droit", s'est félicité l'Espagnol, en quête d'un 20e trophée majeur à Melbourne pour égaler le record détenu par Roger Federer.
 
Mais le clou de la journée, le spectacle total, le match de folie, s'est déroulé en soirée dans la Melbourne Arena entre Nick Kyrgios et Karen Khachanov.
 
L'Australien s'est imposé après 4h26 d'un combat aussi spectaculaire que tendu qui s'est terminé au super tie break 6-2, 7-6 (7/5), 6-7 (6/8), 6-7 (7/9), 7-6 (10/8).
 
Outre les coups spectaculaires, les coups inutiles mais qui l'amusaient, parfois efficaces, parfois perdants, outre les plongeons, outre les auto-invectives et la colère contre l'arbitre, Kyrgios a livré un match d'une tension extraordinaire durant lequel Khachanov lui a donné une réplique sur mesure. "C'est un guerrier absolu", a assuré Kyrgios en estimant que cette victoire était "sans aucun doute l'une des plus belles de (sa) carrière".
                  
40kg par jambe
                  
"Chacune de mes jambes pèse 40 kg", a-t-il avoué.
 
Et mentalement, il a fallu être sacrément solide, surtout après avoir manqué une balle de match au 3e set, puis encore une au 4e, et voir Khachanov à deux points du match dans le super tie break avec deux services à suivre (8-7 pour le Russe). Mais c'est l'Australien qui a aligné trois points d'affilée, dont les deux premiers sur service adverse, pour se qualifier.
 
Le premier qualifié du jour dans le tableau masculin a été le Français Gaël Monfils qui a dominé le Letton Ernests Gulbis (256e) 7-6 (7/2), 6-4, 6-3.
 
"Je suis très content de la façon dont j'ai joué", a déclaré le Parisien de 33 ans avant de quitter le court.
Il faut dire que Gulbis, s'il est aujourd'hui 256e mondial, a vécu des saisons bien plus glorieuses qui l'ont emmené jusqu'aux demi-finales à Roland-Garros et au Top 10 mondial. Mais c'était en 2014 et désormais, le 10e mondial c'est Monfils.
                  
L'hécatombe continue
                  
Se sont également qualifié les Russes Daniil Medvedev et Andrey Rublev, ainsi que Dominic Thiem, Alexander Zverev et Stan Wawrinka. Ce dernier a profité de l'abandon de John Isner.
 
Au lendemain des éliminations prématurées de la tenante du titre Naomi Osaka et de la favorite Serena Williams, qui était en quête d'un 24e titre record en Grand Chelem, ce sont la N.2 mondiale Karolina Pliskova, la N.5 Elina Svitolina et la N.7 Belinda Bencic qui ont quitté le tournoi samedi.
 
Si bien qu'à l'issue du 3e tour, le tableau féminin ne compte plus que quatre de ses dix premières têtes de série: Ashleigh Barty, Simona Halep, Petra Kvitova et Kiki Bertens.
 
Pour Pliskova, cette défaite en première semaine met un terme brutal a une jolie série à l'Open d'Australie: depuis 2013, elle avait toujours progressé ou fait au moins aussi bien d'une année sur l'autre. Eliminée au 1er tour en 2013, elle avait atteint le 2e en 2014, puis le 3e en 2015 et 2016, les quarts de finale en 2017 et 2018, et les demi-finales en 2019.
 
Halep, elle, s'est qualifiée sans problème pour les 8es aux dépens de la Kazakhe Yulia Putintseva (38e) 6-1, 6-4. La Roumaine avait été battue l'an dernier en 8es à Melbourne par Serena Williams, un an après avoir perdu en finale face à Caroline Wozniacki.