Toronto et Denver coeurs de lion

Reuters

Raptors: seuls sont les indomptés

Toronto ne s'avoue jamais vaincu et ne cesse de le prouver depuis son sacre de la saison passée. Sa remontée fantastique pour arracher sa 12e victoire consécutive (nouveau record de franchise) aux dépens d'Indiana en est la preuve (119-118).

Dans une Scotiabank Arena en furie, c'est Serge Ibaka qui a fait figure de héros avec un tir à trois points (pour 30 points au total) à 30 secondes du buzzer qui a permis aux Raptors de reprendre l'avantage au meilleur moment après avoir compté jusqu'à 19 longueurs de retard. Au final c'est grâce à un 11-0 infligé dans les trois dernières minutes qu'ils se sont imposés.

Kyle Lowry a été aussi primordial (32 pts, 10 passes, 8 rbds), tout comme Pascal Siakam (25 pts).

Après 51 matches et malgré le départ aux Clippers de Kawhi Leonard, qui fut leur leader d'attaque, ainsi que certaines absences durant plusieurs semaines de cadres (Gasol, Lowry, Ibaka...), Toronto présente un meilleur bilan que la saison passée (37-14 contre 36-15).

Sur les sentiers de la gloire ? Selon le bureau statistique Elias Sports, l'équipe canadienne est la sixième tenante du titre à avoir établi sa plus longue série historique sur les 35 précédentes saisons. Quatre d'entre-elles sont retournées en finales, trois ont réussi le doublé.

Solide 2e à l'Est, elle devance Boston, vainqueur de son 5e match d'affilée contre Orlando (116-100), grâce notamment aux 33 points de Jayson Tatum (8 rbds, 5 passes, 3 interceptions).
                  
Clippers, ensemble c'est mieux

Dans le sillage de Paul George, qui semble enfin monter en puissance depuis plusieurs matches et qui a fini avec 20 points et 10 passes, les Clippers ont pris le meilleur (128-111) face à une équipe de Miami décidément aussi fébrile hors de ses bases qu'impériale à domicile.

C'est au 3e quart-temps, remporté (37-22) que L.A. a fait la différence grâce à un collectif efficace puisque sept autres joueurs ont inscrit au moins 11 points, dont Kawhi Leonard (14 pts, 9 passes, 7 rbds). Une performance d'autant plus remarquable que 35 passes décisives ont été délivrées en tout. 

C'est à ce moment là aussi que Jimmy Butler a dû quitter ses partenaires, touché à une épaule. Réduit à une rotation de sept joueurs, le Heat, malgré Bam Adebayo (22 pts, 11 rbds, 6 passes), a craqué dans le money-time. Seule bonne nouvelle du jour, ils ont récupéré en Andre Iguodala, libéré par Memphis, un renfort de poids.

Les Clippers conservent leur deuxième place à l'Ouest, Miami demeure 4e à l'Est.
                  
Denver, une fois ne suffit pas

Déjà sorti vainqueur d'un rien lors de leur première confrontation il y a six jours, Denver a remis ça dans les derniers instants de la deuxième manche jouée à Utah (98-95).

Ils n'étaient pourtant que sept Nuggets alignés pour ce cinquième match en sept jours, dont trois déplacements, face à neuf Jazz. Mais les gladiateurs du Colorado avaient leur "Spartacus serbe" Nikola Jokic, auteur d'un triple-double titanesque (30 pts, 21 rbds, 10 passes), très bien aidé par Jamal Murray (31 pts).

Il s'en est fallu tout de même de bien peu pour que l'histoire s'écrive autrement, car Utah où Rudy Gobert a réussi 16 points et 14 rebonds, a eu la possibilité de reprendre l'avantage sur ses dernières possessions manquées, comme ce double pas forcé de Mike Conley (21 pts, 8 rbds 5 passes) et un tir à longue distance raté de Bojan Bogdanovic au buzzer.

Les Nuggets restent 3e. Le Jazz, après ce 5e revers consécutif, est 5e ex aequo avec Houston.