NBA: après Magic Johnson, Luke Walton, les Lakers en chantier

Reuters

C'est officiellement "un accord mutuel pour mettre fin à leur collaboration", mais le départ de Walton était largement anticipé et annoncé depuis des semaines, voire des mois.

L'ancien joueur des Lakers, en poste depuis 2016, a eu sa chance, mais n'a pas su/pu la saisir.

Son équipe, il est vrai décimée par les blessures, dont celle aux adducteurs de "King James" absent durant tout le mois de janvier, a fini à une très modeste 10e place de la conférence Ouest.

Elle était pourtant 4e fin décembre, mais elle a enchaîné les déconvenues, les blessures, les bourdes aussi, sans oublier son incroyable maladresse aux lancers francs (69,9%, 29e sur 30) et à trois points (33,3%, 29e sur 30).

Alors qu'il était venu pour redonner sa gloire passée aux Lakers et qu'il avait disputé les huit dernières finales NBA avec Miami et Cleveland, James va suivre les play-offs devant sa télévision.

Un affront pour l'un des meilleurs joueurs de l'histoire.

Le triple champion NBA a toujours défendu Walton, tout au moins en public: lundi dernier, il avait expliqué que la saison des Lakers avait été miné par les blessures de joueurs-clefs et autres suspensions.

"Personne ne pouvait anticiper que nous allions être affaiblis par autant de blessures et je ne parle pas d'absence pour deux ou trois matches, mais de 15, 20 ou 25 matches", avait-il rappelé.
                  
- L'hypothèse Tyronn Lue -                  
                  
Le lendemain de cet entretien à la chaîne de télévision Spectrum Sportsnet, les Lakers touchaient le fond avec la démission de Magic Johnson.
L'ancien meneur emblématique de la franchise californienne, nommé président en février 2017, se sentait à l'étroit à ce poste.

Il a surtout laissé entendre qu'il y avait de profonds désaccords entre les principaux dirigeants, notamment avec la présidente exécutive et co-propriétaire Jeanie Buss et le manageur général Rob Pelinka.

Ce sont eux qui vont devoir recruter un nouvel entraîneur --le 6e depuis 2011!--, un nouveau président et une deuxième superstar pour épauler "King James".

De l'avis général, l'été qui vient sera crucial pour l'avenir à long-terme des Lakers qui n'ont plus participé aux play-offs depuis 2013.

Selon la chaîne de télévision ESPN, souvent bien informée, les Lakers seraient intéressés pour le poste d'entraîneur par Tyronn Lue.

Licencié après seulement six matches par Cleveland en début de saison, Lue, ancien joueur des Lakers, a conduit les Cavaliers à leur seul titre NBA en 2016.

Il a l'énorme avantage d'avoir la confiance et le respect de LeBron James qui avait poussé en janvier 2016 pour que Lue, alors adjoint de David Blatt, devienne l'entraîneur en chef de Cleveland.

Les noms de Jason Kidd, sans poste depuis qu'il a été remercié par Milwaukee en 2018, et de Monty Williams, entraîneur-adjoint de Philadelphie, sont également cités.

A moins que les Lakers n'arrivent à débaucher l'entraîneur d'une franchise rivale, comme Doc Rivers, le coach des Clippers.

Ou plus fort encore, à convaincre Mike Krzyzewski, le très respecté entraîneur de l'université de Duke, qu'apprécie beaucoup LeBron James depuis qu'ils ont travaillé ensemble durant les JO-2008 et 2012, à relever le défi de la NBA à... 72 ans.

Une certitude, le poste est de loin le plus exposé de NBA.