Ligue 1 - Marseille regagne enfin et se replace

AFP

Un bémol cependant pour les Marseillais, la sortie sur blessure (probablement musculaire) de Dimitri Payet assez tôt dans la rencontre.

Avec 31  points, l'OM dépasse Rennes (30) et Nice à la différence de but, et pointe à la 7e place, à respectivement 3 et 5 points de Lyon (4e) et Saint-Etienne (3e) qui s'affrontent en soirée.

Pour Caen, 16e avec 18 points, ce revers n'a pas de conséquences immédiates en raison des déroutes d'Amiens (17e), Monaco (19e) et Guingamp (20e), mais la situation reste difficile.

On ne peut pas dire que Marseille ait impressionné dans le froid de la fin d'après-midi normande, mais comme dit l'adage, "tout ce qui compte, c'est les trois points".

Un pécule précieux, attendu depuis une victoire contre Amiens (3-1) le 25 novembre, et qui donnera un peu d'oxygène à un Rudi Garcia sous pression, même si le parcage des supporters marseillais a encore scandé "Garcia démission !" après la rencontre.

Parfois brouillons et imprécis, mais très volontaires, les Phocéens, organisés en 4-2-3-1 et très supérieurs techniquement, ont mérité ce succès.

Il a été acquis sur une tête de Morgan Sanson peu après la pause (1-0, 48e), sur l'une des rares occasions où les passes ont été parfaitement données, que ce soit le décalage de Valère Germain pour Lucas Ocampos ou le centre de ce dernier devenu passe décisive.

Les Caennais très nerveux

C'était le 4e but du milieu de terrain qui avait remplacé Dimitri Payet, titulaire au coup d'envoi mais sorti après un peu plus de 24 minutes de jeu sur blessure.

Pour le reste, malgré un Florian Thauvin très en jambes, l'OM a rarement été dangereux: une frappe flottante mais imprécise d'Ocampos (38) ou une tentative au-dessus de Kevin Strootman (43) avaient été les seules alertes sur les cages normandes avant le but.

Mais les Marseillais auront eu le mérite de garder leurs nerfs face à des Caennais très nerveux, à l'image de la charge impressionnante d'Enzo Crivelli sur Steeve Mandanda sur un ballon aérien, qui aurait pu valoir un deuxième carton jaune à l'attaquant... dès la 8e minute de jeu.

Finalement, c'est à la 52e minute que l'OM s'est retrouvé en supériorité numérique, après l'exclusion de Frédéric Guilbert pour un deuxième avertissement.

Mandanda aura d'ailleurs joué son rôle dans la victoire de son équipe en étant impeccable dans ses interventions sur des frappes de Fayçal Fajr et Ismaël Diomandé (33), Casimir Ninga (45), Malik Tchokounté (45+3) ou sur une sortie dans les pieds de Crivelli (68).

C'est cependant un test d'un tout autre niveau qui attend l'OM la semaine prochaine avec la réception de Lille vendredi.