L1: Montpellier retrouve des couleurs à Bordeaux

AFP

Un succès frappé du sceau du réalisme, avec beaucoup plus de solidité affichée par leur arrière-garde que lors des deux dernières sorties à Paris (5-1) puis face à Reims (2-4), et voilà comment les Héraultais se sont relancés dans la course à l'Europe en revenant à deux points de Saint-Etienne, actuellement 5e.

Pour les Girondins, la soupe à la grimace se poursuit. Les hommes d'Éric Bedouet, seul aux commandes depuis l'éviction de Ricardo il y a une semaine, ont eu la possession mais ce qu'ils ont proposé est bien insuffisant pour espérer une remontée au classement. 

Avec l'équivalent de quatre victoires d'avance sur le barragiste Caen, la situation n'est pas encore problématique et gageons que l'arrivée d'un nouveau coach, vraisemblablement le Portugais Paulo Sousa dans les prochaines heures, servira d'électrochoc salutaire à un groupe en manque réel de ressort, encore boudé par son public de plus en plus frondeur. 

Pas besoin d'être souvent dangereux pour gagner un match. Volontairement dominé en théorie pour mieux contrer, Montpellier en a été la parfaite illustration sur sa seule véritable occasion. A l'origine Delort, excentré, a centré en cloche de l'extérieur du droit vers Lasne laissé seul dans l'axe qui marquait d'une tête plongeante sous la barre (0-1, 20e). 

Peu fringants, on s'est demandé comment les Aquitains allaient pouvoir inquiéter le bloc compact à cinq mis en place par Michel Der Zakarian. Ils y sont parvenus un quart plus tard sur une action construite entre Karamoh et De Préville dont la frappe fuyante était déviée par la main collée de Basic qui égalisait (35e). 

Naïfs sur l'ouverture du score des visiteurs, les Bordelais l'étaient d'autant plus à la reprise et une nouvelle fois punis sur un corner long de Mollet, remis de la tête dans l'axe par Cozza sur Congré, libre, qui doublait la mise pour les visiteurs (1-2, 51e). 

Du travail bien fait, plutôt mérité alors - Costil avait évité le pire une minute avant devant Hilton - mais qui réveillait enfin les locaux qui assiégeaient le but d'un Lecomte vigilant et décisif sur une frappe de lointaine de Koundé (74) puis devant De Préville (79). 

Mollet a eu la balle du K.O. à quatre minutes du terme puis Poundjé celle de l'égalisation mais sa frappe trouvait le filet extérieur de Montpellier dans les arrêts de jeu.