Dijon, la belle affaire

AFP

Entre des Dijonnais lancés dans une lutte à suspense pour le maintien et des Rennais qui ont surtout la tête à leur finale de Coupe de France, ce match d’ouverture de la 33e journée de Ligue 1 s’est révélé particulièrement plaisant vendredi soir à Gaston-Gérard.

Bien plus que celui de la semaine précédente dans cette même enceinte, entre le DFCO et Amiens, interrompu lorsque Prince Gouano a été la cible de cris racistes… Dans une atmosphère printanière, ce sont les locaux qui ont réalisé une excellente opération, en s’imposant 3-2 pour conforter leur 18e place de barragiste, prendre quatre longueurs d’avance sur Guingamp, 19e, et revenir aussi à quatre points d’Amiens, 17e.

Les hommes d’Antoine Kombouaré comptent provisoirement cinq points de plus que Caen, un dernier du classement chez qui ils se déplaceront dimanche prochain. Vendredi, ils auront beaucoup mis à contribution Tomas Koubek, le portier rennais impuissant sur la tête croisée de Nayef Aguerd (1-0, 20e), et qui n’a ensuite pu que dévier au fond la jolie reprise de Benjamin Jeannot (2-0, 55e).

Les Bretons, très en dessous lors du premier acte, allaient réduire l’écart sur une frappe en pivot d’Adrien Hunou (2-1, 52e) et même réussir à égaliser sur un retourné de M’Baye Niang (2-2, 61e), validé grâce à l’utilisation de la VAR. Mais, plutôt logiquement, les Bourguignons parvenaient à reprendre l’avantage sur un tir puissant de Wesley Saïd (3-2, 83e), formé à Rennes et auteur de son 4e but de la saison le jour de son 24e anniversaire.

"Il y a beaucoup de fierté aujourd’hui, je pense qu’on a mis tous les ingrédients en place pour faire un bon résultat, appréciait-il ensuite au micro de beIN SPORTS. Depuis Lyon, on est beaucoup mieux. On fait les efforts ensemble, on prend tous conscience de la situation parce qu’on a tous envie de se maintenir." Et ça s’est vu…