le vice-président de la fédération mis en examen et relâché

.

Subies, ex-président de la fédération régionale catalane, et un ancien dirigeant de cette dernière, José Contreras Arjona, ont été relâchés après avoir été entendus par le juge Santiago Pedraz de l'Audience nationale, juridiction espagnole réservée aux cas ayant une importance nationale ou internationale.

Le juge ne leur a imposé aucune mesure de contrôle judiciaire, contrairement aux réquisitions du parquet, mais ils restent mis en examen, ont précisé ces sources.

Cette enquête découle de l'opération "Soule" ouverte en 2017, dans le cadre de laquelle Angel Maria Villar, ancien président de la RFEF et haut dirigeant de l'UEFA et de la Fifa, avait été arrêté avant d'être remis en liberté provisoire sous caution.

Des agents de la Garde civile ont procédé mardi à une perquisition dans les locaux de la Fédération catalane de football dont Subies a été président entre 2011 et juillet 2018, date à laquelle il a démissionné pour devenir vice-président de la RFEF nouvellement présidée par Luis Rubiales, suite à l'arrestation de Villar.

Les perquisitions ont été étendues à la Mutualité des footballeurs de la fédération de football (MUPRESFE), selon les mêmes sources. 

Les agents enquêtent sur des détournements de fonds présumés de la MUPRESFE à destination de la Fédération catalane au profit de Subies et d'Arjona, selon la presse espagnole.

Angel Maria Villar, président de la fédération espagnole durant 29 ans, a été formellement destitué le 22 décembre 2017 de ses fonctions par le Tribunal administratif du sport (TAD), organe dépendant du gouvernement espagnol.

La justice soupçonne l'ancien vice-président de la Fifa et de l'UEFA d'avoir mis en place une structure clientéliste qui permettait de détourner des fonds à son profit ou celui de ses proches, ainsi qu'au profit des dirigeants des fédérations régionales et de leurs affiliés afin de s'assurer de leur soutien.