ILS ONT FAIT L'EURO - JPP : "ON CROYAIT QU'ON ALLAIT EXPLOSER LES DANOIS"

beIN SPORTS

Que représente pour vous une compétition comme l'Euro ?

C'est un très beau tournoi, le plus important du continent. Dans la configuration actuelle avec 24 équipes, je mets le Championnat d'Europe sur le même pied d'égalité qu'une Coupe du Monde en terme d'intensité.


C'est une compétition plus difficile que la Coupe du Monde ?

Je pense oui. Tous les matchs de l'Euro sont très compliqués. Il n'y a plus de petites équipes, elles sont toutes difficiles à jouer. Le niveau est plus homogène que dans une Coupe du Monde, il y a des grands joueurs dans chaque sélection.

Que retenez vous de l'Euro 1992 auquel vous avez participé ?

On sortait d'une campagne de qualification où l'on avait tout gagné, c'était une première pour l'équipe de France. On avait vraiment une très bonne équipe. 

Lors de notre premier match on fait match nul 1-1 contre la Suède, le pays hôte. Ensuite on fait également match nul contre l'Angleterre au terme d'un match très difficile (0-0). Mais le troisième match, le plus important, on le perd, contre le Danemark. C'est difficile à encaisser, encore aujourd'hui, mais c'est le sport qui est comme ça. On est passé à côté de ce match.

Que vous a-t-il manqué pour sortir de ce groupe ?


Il ne manquait pas grand chose et beaucoup de choses à la fois. Il nous a manqué un peu de réussite certainement. Egalement de la fraîcheur. On est arrivé un peu émoussés dans cette compétition. On a aussi peut être pris les Danois un peu de haut. On croyait qu'on allait exploser les Danois mais au final on a pas su gérer notre match.

"On a aussi peut être pris les Danois un peu de haut"

Mais il faut surtout rendre hommage aux Danois car ils ont vraiment gagné de haute lutte. Déjà, peu de monde misait sur eux pour sortir de cette poule assez relevée. Mais ils étaient très préparés, ils avaient fait de nombreux matchs amicaux de préparation. Pour des motifs politiques la Yougoslavie a été exclue de la compétition. Ce sont les Danois qui les ont remplacé au pied levé. Personne ne les attendait à ce niveau et ils ont explosé tout le monde.

A titre personnel, que retenez vous de cette compétition ?

Mon rôle était très simple. En tant qu'attaquant je devais marquer les buts de l'équipe. J'en mets deux durant la compétition, mais je regrette de ne pas en avoir mis un de plus. Je ne me souviens pas avoir eu beaucoup d'occasions.

 

" On a appris la démission de Platini par les médias"

 

Quel est l'évènement qui vous a le plus marqué dans cette compétition ?

C'est certainement le départ de Michel Platini à la fin de la compétition (alors sélectionneur des Bleus depuis 1988). Au sein du groupe on ne s'y attendait pas du tout. Il nous l'a pas dit en face, ça nous a beaucoup déçu. On a appris sa démission par les médias, c'est dommage.

"Au final on a jamais connu les raisons de son départ."

Il a manqué d'honnêteté ?

Non je ne pense pas. Je pense qu'il ne supportait pas la défaite, c'est pour cela qu'il a pris cette décision. Mais au final on a jamais connu les raisons de son départ. On aurait aimé le savoir en 1992 car ça nous a laissé un vrai vide. Mais bon ça fait parti des mystères du sport.

Quel est votre plus beau souvenir de l'Euro en tant que supporter ?

J'ai deux souvenirs qui m'ont marqué.

Le premier c'est la Panenka de 1976. C'était un des premiers Euro que je regardais à la télé. J'étais un passionné de foot et à l'école de football on m'avait toujours appris à tirer les pénaltys d'une certaine manière. Mais ce jour là, Antonin Panenka a tenté un truc de fou. Et il l'a fait en finale d'un Championnat d'Europe. (Remporté par la Tchécoslovaquie contre l'Allemagne de l'Ouest). C'est hallucinant !

Le deuxième souvenir qui m'a marqué c'est le but de Marco Van Basten en finale contre l'URSS en 1988. C'est vraiment un but de fou aussi ! Par la suite, quand j'ai signé au Milan AC en 1992 c'est la première chose dont je lui ai parlé. Je lui ai demandé comment il avait pu avoir l'idée de tenter ce geste.

Que vous a-t-il répondu ?

"Elle est arrivé comme ça, j'ai frappé, sans réfléchir".

On était deux joueurs qui avions un peu les mêmes caractéristiques, la même façon de frapper et de marquer des buts. A l'entrainement on tentait souvent des gestes de fou.  C'était vraiment un régal de jouer aux côtés d'un tel joueur de foot.


Est-ce un poids supplémentaire sur les épaules des joueurs français de jouer la compétition à domicile ? Ou au contraire, une motivation supplémentaire ?

Chacun voit midi à sa porte dans ce genre de chose. Pour moi il est évident que c'est un plus de jouer à domicile. Mais après il ne faut pas oublier qu'on a un public très difficile en France. Si les choses ne se passent pas bien ça peut vite devenir compliqué. Mais dans l'ensemble je dirais que c'est un vrai avantage de jouer ce type de compétition à la maison.

 

"Je suis un vrai fan d'Hatem Ben Arfa"
 

Que pensez-vous de la liste de Didier Deschamps pour cette compétition ?

Je trouve cette liste très bien, cohérente. Après, comme beaucoup, je m'attendais à voir Ben Arfa dans les 23. C'est un joueur qui a quelque chose de plus que les autres. Il a du génie dans les jambes, il fait des choses formidables que peu de joueurs sont capable de faire. J'aime beaucoup ce joueur.

Mais je fais confiance à Didier. Je peux comprendre qu'ils veuillent conserver son groupe.

Je pense qu'il faut arrêter de remettre ses choix en question. Il connait bien ses joueurs, il sait pourquoi il les a pris. On dit souvent qu'il y a 60 millions de sélectionneurs en France mais jusqu'à preuve du contraire Didier Deschamps est le mieux placé pour prendre ce genre de décision.

Qui est selon vous le favori pour cet Euro 2016 ?

Si je devais en choisir un ce serait les Allemands. Ils sont champion du monde et sont toujours présents dans le dernier carré des grandes compétitions. Derrière ce sera très ouvert.

Je vois bien les Anglais. Chaque année on espère que cette équipe fasse quelque chose de bien. Mais à chaque fois les joueurs arrivent fatigués à l'Euro. Ils ont un championnat tellement exigeant physiquement qu'ils en pâtissent au niveau de leur sélection.

Et puis bien évidemment les Français que je place parmi les candidats sérieux au titre. On a largement la place pour faire dernier carré. Ensuite, comme dans toutes les grandes compétitions, ça se jouera à pas grand chose.

 

Quels seront les joueurs à suivre ?

C'est très difficile à dire. Encore une fois, les joueurs vont arrivé pour certains avec 80 matchs dans les jambes. C'est extrêmement compliqué d'enchainer sur une compétition comme l'Euro. Aujourd'hui on en demande trop physiquement à ces joueurs.

On attend Ronaldo, Griezmann, Harry Kane ... Mais ces joueurs sortent d'une grosse saison. Physiquement je ne sais pas dans quel état ils seront.


Qui peut être la surprise de cet Euro ?


Je vois bien la Croatie. Je les sens bien depuis longtemps, ils peuvent surprendre plusieurs équipes.