Chelsea déjoue encore contre Southampton

Chelsea, éliminé en Ligue des champions par le Paris SG, ne s'est pas vraiment rassuré dimanche contre Southampton (1-1) et n'a pas profité surtout de la défaite de son dauphin Manchester City contre Burnley (1-0), à l'issue de la 29e journée de Premier League.

Les joueurs de Jose Mourinho, qui comptent un match en retard, ont beau avoir fait passer de cinq à six points leur avance en tête, ils n'ont désormais remporté que cinq de leurs 12 dernières sorties avec ce deuxième nul de la semaine à Stamford Bridge après celui contre le PSG mercredi (2-2 a.p.).

La méforme actuelle des Saints (6e), avec deux victoires en sept matches, ne s'est pas vue et l'équipe de Ronald Koeman, décomplexée, a pu s'appuyer sur sa défense, la meilleure de l'élite devant celle d'en face, pour entretenir le doute chez son adversaire et rester en course pour une qualification européenne.

Les Blues, en débutant avec 10 des 11 joueurs qui ont joué contre les Parisiens, ont pourtant pris le meilleur d'entrée, à l'image du 18e but de Costa (11e) d'une tête au deuxième poteau, qui redevient seul meilleur artificier de Premier League.

La réaction adverse est venue trop vite pour les Londoniens et le penalty provoqué par le Sénégalais Mané puis transformé par Long (19e), après une faute du nerveux Matic, a empêché Chelsea de se remettre la tête à l'endroit.

En deuxième période, les Blues ont fait preuve de plus de mordant en campant chez l'adversaire, mais, même si Southampton a encore eu aussi quelques occasions, Forster a sorti le grand jeu dans le but.
Si la fatigue après des efforts vains en C1 ne semble pas s'être trop fait sentir, certains des coéquipiers de Terry ont donné l'impression d'accuser le coup après ce scenario frustrant et malgré leur confortable avance domestique.

La 2e place de City en danger

Car à ce rythme-là, leur 1re place pourrait rapidement être aussi menacée que la 2e place de City, en danger mercredi à Barcelone pour son huitième de finale retour de C1.

Après la victoire d'Arsenal (3-0) samedi, les Citizens ne comptent plus qu'un point d'avance sur les Gunners (3e), qui réalisent une bonne opération avant leur match à quitte ou double mardi à Monaco.

Manchester United en a fait de même contre Tottenham dimanche (3-0). Les Red Devils (4e) restent ainsi dans la roue d'Arsenal et de City et possèdent surtout cinq longueurs d'avance sur Liverpool, son concurrent pour une qualification en C1, qui essaiera lundi à Swansea (20h00 GMT) de reboucher l'écart.

MU connaîtra dans un mois ses réelles chances de retrouver la Ligue des Champions après ses chocs à venir contre Liverpool, Chelsea puis City. Mais avec ce succès face à un rival, l'équipe de Louis van Gaal a fait en sorte de repousser pour l'instant la menace des Spurs. Avec 50 points, les joueurs de Mauricio Pochettino (7e) décrochent en effet.

Nullement fragilisés par leur élimination en Coupe d'Angleterre lundi contre Arsenal et désormais exclusivement tournés vers le championnat, les Mancuniens ont été les seuls à frapper.

Malgré les absences de Di Maria et van Persie, United a été porté par l'improbable duo enragé Fellaini-Carrick. Lancé par l'Anglais, le Belge a d'abord croisé une frappe sèche (9) puis sa tête sur corner a été suivie de celle de son coéquipier (19). Ensuite, Rooney a ridiculisé la défense londonienne après une mauvaise passe en retrait et marqué son 11e but en championnat (34).

Il s'agit de la 9e victoire à domicile en 10 matches pour les Red Devils... et la 1re depuis cinq matches contre les Spurs. Tottenham, où Kane n'a jamais semblé proche de son 17e but, retrouve la défaite après les deux victoires qui avaient suivi leur revers en finale de la Coupe de la Ligue.

Dans le dernier match du jour Everton s'est donné un peu d'air en dominant Newcastle (3-0) trois jours après son succès contre Kiev (2-1) en C3. Avec 31 points, quatre de moins que les Magpies (11e), les Toffees sont toujours 14e mais plus très loin du maintien.