Afrique: réorganisation à la CAF avant la mission de la Fifa

AFP

Le dirigeant malgache a écarté son rival nigérian Amaju Pinnick et promu le Congolais Constant Omari Selemani, 2e vice-président jusque-là. Ce poste est désormais occupé par le Marocain Fouzi Lekjaa, qui lui-même est remplacé par le Sud-Africain Danny Jordaan comme 3e vice-président.

"Lorsque vous prenez des grandes décisions (solliciter l'aider de la Fifa, ndlr), ça fait peur à des gens à l'extérieur, mais à l'intérieur, nous sommes convaincus de l'efficacité de cette progression. J'ai réorganisé mon bureau pour que ce soit beaucoup plus efficace", a-t-il déclaré, après l'Assemblée générale de la CAF au Caire.

L'instance africaine se prépare à de grands changements à partir du 1er août, jour du début de la mission, pour un mandat de six mois renouvelable, de la N.2 de la Fifa Fatma Samoura pour superviser son fonctionnement, écorné par plusieurs scandales depuis plusieurs mois.

Si Ahmad Ahmad défend son droit de demander de l'aide auprès de la Fifa, la nomination de la Sénégalaise a aussi été critiquée, aperçue comme certains par une "mise sous tutelle" inédite.

Le plan de partenariat entre les deux instances, signé jeudi en présence du patron de la Fifa Gianni Infantino, prévoit de larges domaines de coopération, sur les volets financiers, administratifs, commerciaux, des compétitions ou de l'arbitrage.

"Qu'est-ce qu'on n'a pas entendu sur le projet de partenariat entre la Fifa et la CAF ? Je peux vous garantir que le résultat sera positif", a soutenu le Malgache.

"Nous vivons dans une situation très grave", avait-il déclaré lors de l'Assemblée générale plus tôt dans la journée. "Lorsque j'ai un problème à la maison, mes cris vont chez les parents. A qui dois-je m'adresser quand j'ai un grand problème ? Pour moi, la maison mère, c'est la Fifa."

Ahmad Ahmad préfère des tribunes vides à l'insécurité

Face à la polémique des stades vides à la CAN-2019, le président de la CAF Ahmad Ahmad a déclaré jeudi qu'il préférait ça au sentiment d'insécurité, alors que la compétition se déroule sous un contexte tendu.

"Vous avez peur de la présence du public ou de l'insécurité? En tant que responsable, je réponds que j'avais beaucoup plus peur de l'insécurité. Voilà les conséquences", a assuré le dirigeant malgache depuis Le Caire, après l'assemblée générale de son organisation.

"L'Egypte a pris cette décision de mettre en place le Fan ID (obligatoire pour acheter des places, qui permet d'identifier chaque supporter). Ce Fan ID, nous constatons que ça a freiné les gens d'aller au stade. (...) Ce n'est pas évident de réussir quelque chose de parfait où tous les éléments sont réunis, en cinq mois (depuis sa désignation). C'est un défi où il y a toujours quelque chose qui ne va pas", a-t-il poursuivi.

"A la CAN-2021 (au Cameroun), j'espère que ce ne sera pas pareil", a ajouté Ahmad.

Le pays a remplacé au pied levé le Cameroun en janvier pour organiser la première CAN à 24 équipes, et non 16 comme avant. De grandes incertitudes sur la sécurité, mises en avant par des attentats récents ayant visé des touristes étrangers et la communauté copte orthodoxe, ont pesé sur tout le tournoi.

Résultat, les rencontres se sont jouées dans des tribunes pour la plupart vides, à part pour les matches de l'Egypte qui attiraient 75.000 supporters à chaque fois au stade international du Caire.

La CAF revendique 705.000 spectateurs sur les quatre semaines de compétition, avant la finale, vendredi, entre le Sénégal et l'Algérie.

"Nous ne pouvons que nous réjouir de cette CAN. C'est une réussite sur tous les plans. Bien sûr, on peut toujours demander plus, au niveau du public. Mais je vous avoue, face à l'appréhension sur la sécurité, on n'a pas voulu être flexible sur le dispositif des autorités", a insisté Ahmad.

"Les deux choses qui me font peur pendant cette CAN, c'est la sécurité et l'arbitrage. Je suis satisfait de l'arbitrage et j'applaudis le gouvernement égyptien sur le plan sécuritaire", a-t-il encore dit.

Eto'o et Drogba deviennent collaborateurs officiels d'Ahmad Ahmad

Le président de la Confédération africaine (CAF) Ahmad Ahmad a annoncé jeudi que les anciennes gloires Samuel Eto'o et Didier Drogba allaient devenir ses collaborateurs officiels, lors de l'assemblée générale de l'instance contestée, au Caire.

"Je m'excuse auprès du comité exécutif que je n'ai pas encore prévenu, car c'est très personnel. C'est le président qui a choisi que Samuel Eto'o et Didier Drogba soient ses collaborateurs les plus proches à partir de maintenant", a déclaré le Malgache, en parlant de lui à la 3e personne.

"Ils occuperont des fonctions officielles", a-t-il poursuivi.

"Ils partagent avec moi beaucoup de choses. Il fallait formaliser (...) Didier Drogba réfléchira sur l'amélioration du statut du joueur africain. Samuel Eto'o va se charger des relations avec les Fédérations et les Confédérations", a-t-il précisé plus tard, en conférence de presse.

Le Camerounais Eto'o, deux fois champion d'Afrique (2000, 2002), et l'Ivoirien Drogba font partie des ambassadeurs choisis par la CAF pour la Coupe d'Afrique des nations dont la finale opposera le Sénégal et l'Algérie vendredi au Caire.

L'organisation, qui tient sa 41e assemblée générale, traverse une période difficile qui a conduit à la nomination, contestée, en juin de la N.2 de la Fifa Fatma Samoura pour chapeauter son fonctionnement à partir du 1er août, et pour un mandat de six mois renouvelable.