L'OM rate le podium à Nantes

  • marseille-nantes
    1/5 marseille-nantes
  • marseille-nantes
    2/5 marseille-nantes
  • marseille-nantes
    3/5 marseille-nantes
  • marseille-nantes
    4/5 marseille-nantes
  • marseille-nantes
    5/5 marseille-nantes

Marseille n'a pas réussi à reprendre la troisième place du championnat de France, en ouverture de la 33e journée, battu (1-0) vendredi à Nantes.

Les Marseillais ont été battus à l'envie par des Nantais qui ont réussi leur match le plus abouti de la saison en Ligue 1, à l'égal de leur exploit contre Lyon en Coupe de la Ligue (3-2).
Marseille reste coincé à la 4e place avec 57 points et pourrait voir Monaco prendre 4 points d'avance s'il bat Rennes samedi.

Saint-Etienne (56) et même Bordeaux (54, mais avec une différence de buts nettement moins bonne) pourraient même menacer voire dépasser les Phocéens.

Certes, Rémy Riou a dû repousser magnifiquement sur la barre une tête de Rod Fanni sur un corner dans les arrêts de jeu, mais Nantes - qui a quasiment assuré son maintien avec 43 points - n'a pas volé son succès.

Marseille lui a même offert le bâton pour se faire battre sur une passe ratée de Fanni pour Steve Mandanda, qui a glissé, ce qui a permis à Serge Gakpé, en embuscade, de glisser le ballon dans le but du plat du pied (1-0, 20e).

Marcelo Bielsa a tenté le tout pour le tout en lançant Florian Thauvin et Lucas Ocampos en tout début de seconde période, à la place de Batshuayi et Gianni Imbula.

Mais si le contrôle du ballon par l'OM s'est fait de plus en plus hégémonique, la baisse d'intensité physique côté nantais aidant, ses actions n'ont pas été plus nombreuses pour autant.

Nantes aurait même pu doubler la mise en contre sur une frappe de Veretout bien bloquée par Mandanda (58e) ou par un plat du pied gauche de Lucas Deaux, que le portier international était tout content de voir raser son poteau, une minute plus tard.

Poussé par ses 36.000 spectateurs, record de la saison, Nantes a fait le dos rond dans les vingt dernières minutes, sans céder.
Marseille, pour qui la qualification en Ligue des Champions est un impératif financier critique, va connaître des semaines très agitées, à regarder devant et derrière lui.