Mondial-2018/Préparation - Une Tunisie séduisante bat le Costa Rica

AFP

 

Les "Aigles de Carthage" ont fière allure. Leur progression en passes a maté des "Ticos" décevants dans leur défense à cinq un peu figée.

La Tunisie vient de gagner ses deux amicaux de fin mars, après sa victoire contre l'Iran (1-0) au stade du Radès, et les observateurs anglais présents ont vu ce qu'avait dans le ventre leur premier adversaire à la Coupe du monde, le 18 juin à Volgograd.

Il faudra notamment surveiller Wahbi Khazri en pointe, comme avec Rennes. Le capitaine s'est offert un joli but face au gardien du Real Madrid, Kaylor Navas, après avoir effacé Kendall Watson d'une jolie pichenette sur un ballon en profondeur de Dylan Bronn (36).

Il avait déjà provoqué le but contre son camp de l'Iran. Khazri est l'étoile de cette équipe, ovationné par le maigre mais bruyant public pro-tunisien (7.000 spectateurs environ), surtout en l'absence de Youssef Msakni, blessé.

Le Costa Rica, qui avait gagné en Ecosse (1-0), a trop manqué d'idées devant. Les héros du Mondial-2014, quart de finalistes, débutent le 17 juin contre la Serbie, à Samara.

Il y a plus d'enseignements à tirer côté tunisien de ce match. Moez Hassen, formé à Nice et titulaire dans les buts pour sa première sélection, s'est montré sûr dans les sorties et décisif sur son seul arrêt, face à Jouse Mitchell (83).

Il était le dernier des quatre binationaux fraîchement arrivés à n'avoir pas encore joué. Ellyes Skhiri et Saïf-Eddine Khaoui ont enchaîné une deuxième titularisation après l'Iran, Yohan Benalouane n'a joué que la dernière minute.

C'est Skhiri qui a marqué le plus de points, son sens du placement et de la relance se sont parfaitement intégrés à ce collectif prometteur.

La Tunisie aurait pu mieux asseoir au score sa domination, mais la reprise acrobatique de Fakhreddine "Rouge" Ben Youssef (il est roux, ndlr) s'est écrasée sur le poteau (75).

Le match s'est terminé sur une invasion du terrain des supporters tunisiens au coup de sifflet final.

La Belgique déroule face à l'Arabie Saoudite

La Belgique s'est facilement imposée 4-0 face à l'Arabie Saoudite en match de préparation du Mondial-2018, grâce notamment au 6e doublé international de Romelu Lukaku, mardi à Bruxelles.

L'Arabie Saoudite, 69e nation mondiale (les Belges sont 5e), qui disputera le match d'ouverture de la Coupe du monde face à la Russie, n'a pas fait le poids, face à des Diables Rouges vêtus d'une inédite tenue jaune avant d'affronter le Panama, la Tunisie et l'Angleterre dans un peu plus de deux mois.

Le sélectionneur de la Belgique, Roberto Martinez, a débuté avec son onze type (en 3-4-3), à l'exception du poste de gardien confié à Simon Mignolet plutôt qu'à Thibaut Courtois, blessé.

Et ce sont les trois stars offensives des Diables qui ont enfoncé les Saoudiens, Romelu Lukaku, servi d'abord par Kevin de Bruyne (13e) puis par Eden Hazard (40e), signant un doublé.

Les entrées en jeu après la pause de Batshuayi, Vermaelen, Limbombe et Nainggolan ont donné plus de rythme au jeu belge.

"Batsman", très remuant, plantait le 3-0 à la 76e minute sur un nouveau très bon service de De Bruyne au terme d'une action joliment construite.

Le meneur de jeu de Manchester City se faisait ensuite plaisir en inscrivant le dernier but d'une frappe enroulée après s'être appuyé sur Lukaku (78).

La Suisse se balade face au Panama

La Suisse, qui avait largement fait tourner son effectif, a totalement dominé (6-0) une très faible équipe du Panama mardi à Lucerne, pour son deuxième match de préparation au Mondial-2018 en Russie.

Avec quatre réalisations de Dzemaili (23), Xhaka (31 sur penalty), Embolo (33) et Zuber (39) en première période, la Nati avait retiré tout suspense à la rencontre avant même la pause.

Le Panama, lui aussi qualifié pour le Mondial russe et qui avait concédé une courte défaite (1-0) jeudi face au Danemark, s'est très vite effrité et n'a jamais pu apporter la moindre réplique à l'équipe de Vladimir Petkovic.

Pourtant privée de son meneur de jeu Shaqiri, contraint au repos par son club de Stoke City, la Suisse a ajouté deux buts faciles en seconde période par Gavranovic (49) et Frei (69), pour signer un nouveau succès après sa courte victoire (1-0) vendredi face à la Grèce.

Déjà buteur face aux Grecs, Dzemaili, l'attaquant de Bologne, a montré qu'il avait retrouvé la forme à trois mois du coup d'envoi du Mondial où la Suisse aura fort à faire dans le groupe E avec le Brésil, le Costa Rica et la Serbie.

Le Panama, qualifié pour la Russie aux dépens des Etats-Unis, est lui tombé dans le groupe G avec la Belgique, l'Angleterre et la Tunisie.

Avec seulement deux joueurs évoluant en Europe alignés mardi soir, le milieu de terrain Avila (La Gantoise) et le gardien Penedo (Dinamo Bucarest), la sélection centre-américaine est apparue par trop limitée, réussissant son premier tir cadré seulement à la 26e minute.

Les Suisses poursuivront leur préparation contre l'Espagne le 3 juin et face au Japon cinq jours plus tard.