GP F1 du Mexique: Verstappen perd sa pole position, Leclerc en hérite

Reuters

Max Verstappen (Red Bull-Honda), pénalisé de trois places sur la grille de départ, a finalement perdu sa pole position acquise pour le GP de F1 du Mexique dimanche qui revient donc à Charles Leclerc (Ferrari), auteur du 2e temps lors des qualifications.

Il est reproché au pilote néerlandais de ne pas avoir ralenti lors de l'accident de Valtteri Bottas (Mercedes) alors qu'il établissait le meilleur temps de la séance. Il perd également deux points sur sa licence de pilote.

"Le pilote de la voiture 33 (Verstappen ndlr.) a admis qu'il était au courant de l'accident de la voiture 77 (Bottas) et qu'il a vu la voiture accidentée sur le bord gauche de la piste, mais qu'il n'a pas vu les drapeaux jaunes agités. Il aussi admis n'avoir pas ralenti. Les commissaires ont noté que les images tournées à bord de la voiture 33 montrent que les drapeaux jaunes étaient clairement visibles et ont été déployés à temps. Le conducteur qui le précédait a aussi ralenti", indique la décision.

Verstappen partira donc dimanche sur la 2e ligne aux côtés de Lewis Hamilton.

Le jeune néerlandais s'est pour ainsi dire tiré une balle dans le pied après avoir lui-même admis, presque en se vantant, lors de la conférence de presse suivant les qualifications n'avoir pas ralenti alors qu'il passait sur les lieux de l'accident.

Hamilton, qui hérite du coup de la 3e position, doit marquer 14 points de plus que son coéquipier Bottas pour être couronné champion du monde pour la 6e fois dimanche.

Le Britannique pourrait profiter du fait que la voiture de Bottas a été très endommagée dans l'accident et que le pilote finlandais pourrait subir des pénalités sur la grille si des pièces essentielles devaient être changées d'ici le départ.

Toto Wolff, le responsable de l'écurie Mercedes, a toutefois évalué à "90%" les chances que la "voiture puisse être réparée sans encourir de pénalité" pour changement de pièces essentielles.

Présentées comme les favorites de ce Grand Prix, le 18e de la saison sur 21, les Ferrari avaient, avant la pénalité, subi la loi de Verstappen et de sa Red Bull, décidément très à l'aise sur ce circuit où il a gagné en 2017 et 2018.

"Max était tout simplement trop rapide pour nous aujourd'hui", avait constaté Charles Leclerc, avant de savoir qu'il hériterait in fine de la pole.

Le Monégasque est à égalité de points avec Verstappen au championnat du monde, derrière Hamilton, Bottas et Vettel et les deux jeunes pilotes ont connu quelques passes d'armes musclées lors des dernières épreuves.

"Nous avons une bonne pointe de vitesse et nous devrions pouvoir en tirer avantage", a-t-il espéré, tout en concédant que "nous ne nous attendions pas à ce qu'ils (Verstappen et la Red Bull) soient aussi forts".                 

Pluie possible

La pluie pourrait aussi s'inviter lors du Grand Prix ce qui modifierait considérablement la donne des qualifications qui se sont déroulées par un temps sec.

Le circuit mexicain est le plus élevé de toute la saison à plus de 2.200 mètres d'altitude et la raréfaction de l'air modifie également le comportement des monoplaces ainsi que leurs appuis aérodynamiques.

Derrière les trois écuries de pointe, ce sont encore les McLaren qui ont tiré leur épingle du jeu. Propulsées par un moteur Renault, elles ont réalisé les 7e et 8e temps avec Carlos Sainz Jr et Lando Norris, renforçant leur prétention à être cette année "the best of the rest" (les meilleures du reste) en 4e position au classement constructeurs, déjà remporté par Mercedes lors du dernier GP du Japon.

Les Toro Rosso-Honda ont elles aussi réalisé un tir groupé en 9e et 10e positions avec le Russe Daniil Kvyat et le Français Pierre Gasly.

Cette bonne performance pourrait leur permettre de menacer les Renault pour la 5e place du classement constructeurs, où les monoplaces françaises ne comptent que 6 points d'avance sur la "Junior team" de Red Bull Racing, après leur disqualification à l'issue du GP du Japon pour système de freinage non conforme.

Les Renault ont connu samedi une séance de qualification difficile et n'occuperont que les 12e (Nico Hülkenberg) et 13e (Daniel Ricciardo) places sur la grille de départ du Grand Prix dont le départ sera donné à 13h10 locales.