Espagne/Coupe du Roi - 8es retour: Real Madrid, un mois pour convaincre

AFP

Zinédine Zidane l'a reconnu: l'entraîneur madrilène a d'ores et déjà "dans la tête" le huitième de finale aller de C1 face au PSG. "La meilleure manière de préparer le 14 février, c'est de bien jouer dès maintenant", a fait valoir le Français.

Sauf que son équipe, triomphante en 2017 avec cinq trophées, a abordé la nouvelle année sans repères.

Dans la foulée du clasico de Liga perdu face au FC Barcelone fin décembre (3-0), le Real a enchaîné deux prestations mitigées: une victoire au forceps contre Numance en huitièmes aller de Coupe du Roi (3-0), avec l'aide de deux penalties, et un match nul dimanche à Vigo (2-2) qui l'a éloigné un peu plus du titre en Championnat d'Espagne.

Certes, la qualification pour les quarts de la coupe nationale espagnole ne devraient être qu'une formalité contre une équipe de 2e division mercredi soir au stade Santiago-Bernabeu.

Mais un sursaut ferait du bien: malgré quelques embellies, comme une démonstration début décembre contre Séville (5-0), le Real a rarement affiché cette saison la maîtrise et la régularité d'un double champion d'Europe en titre. Une possible problème de "confiance", comme l'a reconnu Zidane.

Marcelo, l'un des capitaines madrilènes, a d'ailleurs admis que l'équipe avait "la tête sous l'eau" en ce moment.
                  
'C'est bizarre'                   
                  
"C'est bizarre mais nous faisons tout ce que nous pouvons, en produisant du beau football, en marquant des buts, et les choses ne nous sourient pas", a commenté le latéral brésilien, amer.

Pour Zidane (45 ans), vainqueur de huit trophées sur dix possibles depuis sa nomination il y a deux ans, c'est sans doute la période la plus compliquée de sa jeune carrière d'entraîneur dans l'élite.

Face à cette épreuve, "ZZ" a prôné une solution simple: revenir aux fondamentaux et refaire surface avant l'obstacle PSG.

"Nous n'allons pas parler de la Liga, nous n'allons pas parler de l'objectif. Nous devons revenir au travail quotidien, avancer match après match et essayer de jouer avec plus de régularité", a-t-il fait valoir.

La mauvaise passe du Real, avec des cadres pas dans leur assiette comme la star Cristiano Ronaldo, a immédiatement relancé le débat sur la nécessité de renforcer l'équipe au mercato. Ronaldo lui-même n'avait-il pas estimé que le Real avait perdu gros l'été dernier en laissant partir les expérimentés Pepe, James Rodriguez et Alvaro Morata ?

Mais Zidane, pour sa part, dit vouloir rester fidèle à son effectif actuel, qu'il a bâti.

"Pour le moment, je ne veux personne. On verra ce qui se passe jusqu'au 31 janvier, mais je suis content de mon effectif", a-t-il déclaré, semblant fermer la porte à l'arrivée du gardien Kepa Arrizabalaga (Bilbao), qui paraissait en bonne voie.

Dans ce contexte, la meilleure des nouvelles est le retour en forme de Gareth Bale, auteur de trois buts en deux matches en 2018. Lui et les autres Madrilènes espèrent désormais retrouver leurs meilleures sensations, avec un seul horizon: le Paris SG.
                  
Le programme des huitièmes de finale retour:

Mardi:
(19h30) Atletico Madrid - Lleida (D3), aller: 4-0
(21h30) Valence - Las Palmas, aller 1-1

Mercredi:
(19h30) Villarreal - Leganés, aller 0-1
Alavés - Formentera (D3), aller 3-1
(21h30) Real Madrid - Numance (D2), aller 3-0

Jeudi:
(19h30) Levante - Espanyol Barcelone, aller 2-1 
Séville FC - Cadix (D2), aller 2-0
(21h30) FC Barcelone - Celta Vigo, aller 1-1
                  
Le tirage au sort des quarts est prévu vendredi à la mi-journée.