CAN-2019: liesse populaire et double verrou de sécurité

Reuters

 

Un très imposant dispositif de sécurité a encadré des dizaines de milliers de supporters durant les heures précédant le match d'ouverture de la CAN entre l'Egypte et le Zimbabwe vendredi au Caire, dans une ambiance populaire mais verrouillée à double tour.
 
Sans surprise, Mohamed Salah débutera la rencontre face aux modestes Warriors, selon la feuille de match distribuée par la CAF. La star de Liverpool porte sur ses épaules les espoirs de millions d'Egyptiens, qui ont répondu présent pour le premier match devant les mener vers leur 8e titre continental.
 
Dès le début de l'après-midi, de longues queues de fans habillés en rouge se sont dessinées devant les portes d'entrée du Stade international, sous la chaleur, bien avant le coup d'envoi de la rencontre prévu à 22h00, une fois la nuit tombée.
 
Les tribunes de l'enceinte, pouvant contenir 75.000 personnes, étaient déjà pleines aux alentours de 18h00, quand s'est lancée une "ola" qui traduisait bien l'impatience des spectateurs de voir les Pharaons de Salah.
 
La cérémonie d'ouverture a duré une trentaine de minutes, jusqu'à 21h00. Entre trois pyramides, et devant trois statues de divinités mythologiques égyptiennes, un concert a clos les festivités, avec feu d'artifice.
 
Pour atteindre leur siège, les supporters, tous dotés d'une "Fan ID", un document officiel permettant leur identification rapide, ont dû franchir un important dispositif de police.
 
Selon des médias locaux, citant des sources sécuritaires, 15.000 personnes ont été affectées pour assurer la sécurité de la compétition, à travers les six stades et quatre villes où auront lieu la CAN jusqu'au 19 juillet.
 
Ces derniers jours, la télévision égyptienne a diffusé des images des forces de l'ordre verrouillant l'accès au stade, avec des véhicules blindés et du personnel lourdement armé.
 
De fortes tensions, après notamment des attentats récents ayant visé des touristes étrangers et la communauté copte orthodoxe, ainsi que le décès lundi de l'ancien président Mohamed Morsi issu de l'organisation interdite des Frères musulmans, ont précédé la tenue de la plus grande CAN de l'histoire, à 24 pays.