Masters 1000/Paris-Bercy: Isner prive Del Potro de Masters et maintient l'espoir

AFP

Isner, lui, peut encore y croire : il fera le voyage à Londres (12-19 novembre) s'il soulève le trophée dimanche.

Finaliste il y a un an, le géant américain prouve qu'il se sent bien à Paris. Pour retrouver le même stade de la compétition, il affrontera le qualifié serbe Filip Krajinovic (77e), qui a bénéficié du forfait du N.1 mondial Rafael Nadal avant son quart de finale.

Pour Del Potro, ce match était à quitte ou double : une victoire et il obtenait le dernier billet disponible pour le Masters, une défaite et l'Espagnol Pablo Carreño conservait une courte avance (vingt points) sur lui au classement.

"Je suis triste évidemment, j'étais tout près de me qualifier, mais en même temps, il y a quelques semaines, je ne m'attendais pas du tout à être dans cette position", a souligné Del Potro.

"Je suis épuisé. J'ai tout donné. Au troisième set, je n'avais plus grand-chose dans les jambes, plus d'énergie sur le court", a ajouté l'Argentin, qui jouait son cinquième tournoi d'affilée.

Benneteau s'invite en demi-finale à 35 ans

Le Français Julien Benneteau, 83e mondial, s'est invité en demi-finales du Masters 1000 de Paris-Bercy, à 35 ans, en battant vendredi le N.5 mondial, le Croate Marin Cilic, en deux sets 7-6 (7/5), 7-5. 

Benneteau, qui bénéficie d'une wild card, en est à son troisième exploit d'affilée après ses victoires sur le Belge David Goffin (N.10) en huitième de finale et sur Jo-Wilfried Tsonga au tour précédent.

Ce sera sa deuxième participation à une demi-finale de Masters 1000 après Cincinnati en 2014. Il est le premier Français à atteindre le dernier carré avec une invitation depuis Michaël Llodra en 2012.

"Je ne réalise pas. J'étais déjà content après Goffin, mais là j'ai encore haussé mon niveau physique et mental", a-t-il déclaré sur le court.

Benneteau a mal démarré le match et a dû sauver une balle de premier set à 5-3 (double faute de Cilic) après avoir été mené 5-2. Il a complètement retourné la situation en résistant du fond du court et en poussant le Croate à la faute.

Le Bressan avait annoncé avant le tournoi qu'il jouait pour la dernière fois à Bercy, prévoyant de prendre sa retraite en cours d'année 2018.

Il n'en est pas à sa première prouesse devant le public parisien, puisqu'en 2009 il avait battu Roger Federer. Mais il n'avait jamais réussi à dépasser les huitièmes de finale.

Il affrontera l'Américain Jack Sock (22e mondial) ou l'Espagnol Fernando Verdasco (39e) pour une place en finale. Ce serait la 11e de sa carrière sur le circuit de l'ATP, et de loin la plus prestigieuse (il a perdu les dix premières).

Longtemps classé parmi les meilleurs français (il a été 25e mondial en 2014), Benneteau a connu une période très difficile à la suite d'une opération à l'adducteur en 2015. Il est tombé jusqu'à la 696e place mondiale en janvier 2016 avant de tenter et de réussir son retour.

Également très bon spécialiste de double, le Bressan a été récompensé par une sélection en Coupe Davis en mars dernier pour affronter la Grande-Bretagne. Associé à Nicolas Mahut, il avait donné un point à la France. Sa forme du moment donnera peut-être des idées à Yannick Noah à trois semaines de la finale contre la Belgique.  

Cilic, vainqueur de l'US Open en 2014 et encore finaliste de Wimbledon en juillet dernier, était le dernier top 10 en course à Paris-Bercy après le forfait de Rafael Nadal vendredi pour une blessure au genou.