Djokovic en quête de rachat à Miami

Reuters

En l'absence de Rafael Nadal, blessé au genou droit, "Djoko" devra se méfier de son grand rival Roger Federer et d'une jeune garde décomplexée, à l'image de Dominic Thiem, sacré à Indian Wells.

                  
Djokovic veut oublier Indian Wells      
            
A Indian Wells, "Djoko", vainqueur des trois derniers titres en Grand Chelem, n'a disputé que deux matches dans le tournoi en simple. Il a été éliminé séchement dès le 3e tour par l'Allemand Philipp Kohlschreiber 6-4, 6-2.

Il est allé plus loin en double, jusqu'en demi-finales avec l'Italien Fabio Fognini, avant de participer samedi à une exhibition improvisée avec le légendaire Pete Sampras pour consoler un public privé du choc Federer-Nadal.

"J'ai besoin de jouer et de retrouver le rythme de la compétition", a martelé le Serbe qui n'avait plus joué depuis son sacre à Melbourne en janvier.

A Miami, même si le tournoi a quitté l'île de Key Biscayne pour le béton du Hard Rock Stadium, Djokovic a ses habitudes. Il s'y est imposé à six reprises, la dernière fois en 2016.

                  
Federer veut oublier Miami 2018  

               
Passé à deux points du 101e titre de sa carrière avant de s'incliner face à Thiem (3-6, 6-3, 7-5) en finale dimanche, Federer, 37 ans, se sent fort.

"Les dernières semaines étaient top. L'année commence plutôt bien, j'ai fait des très bons matches et j'espère continuer sur cette lancée à Miami", a-t-il analysé.
"Comme je joue bien en ce moment, cela me laisse espérer de bien faire là-bas, en tous cas mieux que l'an dernier, où j'avais perdu d'entrée", a rappelé le joueur aux vingt titres du Grand Chelem.

Il y a un an, le N.5 mondial s'était fait surprendre dès son premier match par l'Australien Thanasi Kokkinakis, alors 175e mondial.

Le Suisse lancera sa campagne 2019 contre un autre Australien Matthew Abden (50e) et pourrait retrouver sur sa route, comme à Indian Wells, son compatriote et ami Stan Wawrinka (37e).
                  
La jeune garde sans complexes?    
              
A 25 ans, Dominic Thiem s'est offert son premier Masters 1000 dimanche. L'Autrichien est désormais N.4 mondial et l'ennemi N.1 des cadors qui dominent sans partage, ou presque, le tennis mondial.

"Quand on joue contre Roger, Rafa et Novak, c'est dur, parce qu'on affronte les joueurs, mais aussi leur aura, avec tous les titres qu'ils ont gagnés. Il faut jouer doublement bien pour les battre", a estimé Thiem.

L'Autrichien a montré la voie et peut inspirer l'Allemand Alexander Zverev (3e) et le Grec Stefanos Tsitsipas (10e), décevants à Indian Wells.

                  
Serena Williams joue à domicile        
          
A Miami, Serena Williams est chez elle. L'ancienne N.1 mondiale, qui vit une partie de l'année non loin à Palm Beach Gardens, a remporté le tournoi floridien à huit reprises, la dernière fois en 2015.

La N.10 mondiale a joué un rôle indirect dans le déménagement du tournoi au Hard Rock Stadium, le stade de l'équipe de football américain des Miami Dolphins, dont elle est actionnaire.

Mais Williams, 37 ans, n'a pas dépassé le 3e tour à Indian Wells, contrainte à l'abandon à cause d'un virus.

En son absence, la prodige canadienne Bianca Andreescu (24e) a remporté le titre à Indian Wells mais est désormais attendue. Elle pourrait retrouver dès le 3e tour l'Allemande Angelique Kerber (4e) qu'elle a battue dimanche en finale.