Djokovic dérape à Monte-Carlo

AFP

"Manifestement, je manque encore de détermination pour aller chercher certains points", a commenté le N.1 mondial, battu 6-3, 4-6, 6-2, après avoir laborieusement franchi ses deux premiers tours.

"Simplement trop de fautes directes... trop de fautes directes", a-t-il constaté, désabusé, soulignant que son adversaire avait été "très patient et très bon tactiquement".

Exempté de 1er tour, Djokovic jouait son troisième match sur terre de la saison, alors que Medvedev en était à son 4e.

"Ce n'est que le premier tournoi sur terre et la saison va être longue, voyons ce qu'il va se passer", a-t-il tempéré en pensant en particulier à Roland-Garros en mai.

"L'Open de France est le but ultime sur terre battue et j'espère que je pourrai... je veux dire, bien sûr, d'une certaine façon on s'attend à ce que je sois à mon meilleur niveau à ce tournoi, parce que c'est mon objectif", a-t-il commenté en cherchant ses mots, visiblement encore KO.
                  
Tactique à la lettre                  
                  
Medvedev, lui, savourait un travail bien fait, une tactique appliquée à la lettre, un plan qui s'est déroulé -presque- sans accroc face à un joueur qui l'avait battu lors de leurs trois précédentes rencontres, toutes sur dur. La dernière remontait en janvier à l'Open d'Australie où le Russe avait quand même arraché un set.

"Ma première tactique contre Novak était de faire moins de fautes que lui. Ca a très bien marché dans le premier set, pas dans le deuxième", a commenté en français le joueur de 23 ans qui affrontera samedi en demi-finales un autre Serbe, Dusan Lajovic (48e), tombeur de l'Italien Lorenzo Sonego (96e et issu des qualifications) 6-4, 7-5.

Djokovic a en effet retrouvé un très bon niveau de jeu dans la deuxième manche avant, de nouveau, de baisser et de laisser Medvedev prendre nettement le dessus.

Le Russe a mené 5-1 dans la dernière manche mais, dans un sursaut, le Serbe a débreaké (5-2).
Et même si Medvedev a fait venir à plusieurs reprises durant le match le médecin pour se faire masser la cuisse gauche, il n'a pas tremblé pour conclure la rencontre dès sa première balle de match, offerte par Djokovic sur une double faute.
                  
Nadal s'en sort                  
                  
"J'ai beaucoup progressé physiquement", a constaté le Russe en soulignant qu'il avait tenu 2h21 face au N.1 mondial pour finalement s'imposer.

Medvedev a ainsi aligné une 4e victoire d'affilée sur la terre battue de Monte-Carlo, alors qu'avant ce tournoi il n'en comptait en tout et pour tout que deux sur cette surface depuis ses débuts sur le circuit principal de l'ATP il y a trois ans.

Dans l'autre demi-finale figurera, évidemment, Rafael Nadal. Le roi de la terre battue sera opposé au vainqueur du match entre le Croate Borna Coric (13e) et l'Italien Fabio Fognini (18e).

Pour se qualifier, le N.2 mondial, triple tenant du titre, a fini par battre l'Argentin Guido Pella (35e) au terme d'un match long (2h20) et indécis, 7-6 (7/1), 6-3.

"J'ai très mal débuté, lui il était très agressif et je suis heureux de m'en être sorti", a déclaré l'Espagnol en quête d'un 12e trophée en Principauté. "Il était important de terminer en deux sets", a-t-il insisté.

Car Pella a joué crânement sa chance du début à la fin, ce qui aurait peut-être rendu le troisième set aléatoire.

Nadal avait semblé prendre un ascendant définitif en fin de première manche lorsqu'il avait repris le service adverse pour égaliser à 6-6 puis enchaîné sur un tie-break presque parfait (7/1). Il avait alors déroulé la seconde manche jusqu'à 5-1.

Mais le score ne reflétait pas l'opposition proposée par Pella qui est revenu à 5-3, avant d'offrir le match à Nadal sur une double faute.