L'agence antidopage russe conteste la mise au ban de la Russie (Rusada)

AFP

Formellement, le conseil de surveillance de la Rusada a émis une recommandation de contester ces mesures, qui sera présentée devant son assemblée générale d'ici la fin du mois, puis transmise à l'Agence mondiale antidopage (AMA) pour que cette dernière saisisse le Tribunal arbitral du sport (TAS) de la question.

"Nous avons décidé de ne pas approuver la décision de l'AMA", a indiqué le président du conseil de surveillance de la Rusada, Alexandre Ivlev.

"Nous pensons que notre argumentaire est assez fort mais je ne vais pas donner de pronostic" sur les chances de la Russie devant le TAS, a-t-il ajouté.

La Russie a été privée par l'AMA de participation pour quatre ans aux principaux évènements internationaux, notamment les Jeux olympiques 2020 et 2022 et la Coupe du monde de foot 2022. Elle est accusée d'avoir manipulé les données antidopage qu'elle a transmises à l'organisation.

Cette mise au ban de la Russie prévoit que seuls des sportifs russes triés sur le volet pourront participer aux compétitions, mais sous drapeau neutre et sans que l'hymne national ne soit joué.

Interrogé à ce sujet jeudi, le président Vladimir Poutine a estimé que la Russie devait pouvoir participer aux compétitions sportives sous les couleurs de son drapeau puisque l'AMA n'avait "aucun reproche concret" envers le Comité olympique russe, mais seulement contre la Rusada.

Il a dénoncé des sanctions "injustes", "illégales" et "dépourvues de bon sens" visant son pays.