Wimbledon - Lionel Roux : « Gaël Monfils en toute décontraction »

Panoramic

Adrian Mannarino – Roger Federer : « Eviter de prendre une leçon »

Il n’y a pas plus gros test sur gazon pour Adrian Mannarino, même si je trouve qu’il joue bien depuis le début du tournoi avec un jeu assez léché et sa patte de gaucher. Il devra en faire plus que d’habitude, en tentant plus, en prenant des initiatives. S’il se contente de laisser Roger Federer jouer, le match ne va pas durer. Ils se sont joués plusieurs fois et Adrian n’a jamais gagné. Un match à Wimbledon, en 2011, et trois sets assez sévères, il sait donc ce qu’il doit essayer de faire pour embêter Federer. Dès le deuxième coup de raquette, je lui conseille d’être performant, se forcer à aller au filet et ne pas regarder Federer, pour éviter de prendre une leçon. 

Gaël Monfils – Kevin Anderson : « Gaël en toute décontraction »

Gaël Monfils est intéressant et même surprenant depuis le début de la quinzaine. Il a réussi à s’adapter à des types d’adversaires totalement différents : Richard Gasquet, Paolo Lorenzi, Sam Querrey. Puissant, il essaye désormais d’être un plus en lévitation pour contrôler sa puissance et ses courses. Sa qualité de première balle, et de retours face à Kevin Anderson vont être une clé du match. De plus, Gaël n’a jamais perdu face à l’Américain (5-0). Même si je vois le Français favori, je pense qu’il va y avoir match parce qu’Anderson est plus complet que Querrey : il retourne mieux et il est dangereux sur les deux côtés en fond de court. La nervosité d’Anderson peut être également bénéfique pour voir Gaël Monfils l’emporter. Sans pression particulière d'une grosse performance, Gaël est en toute décontraction. Il a toutes ses chances pour jouer potentiellement Roger Federer en quarts. 

Gilles Simon – Juan Martin Del Potro : « Du 50-50 »

C’est un match intéressant parce que j’attends de voir comment Gilles Simon va se comporter tactiquement Juan Martin Del Potro. Quand les deux hommes se jouent, les matchs ont toujours été accrochés. Autant Gilles sur un premier ou deuxième tour peut se rater mais quand il est lancé comme cette année à Wimbledon, c’est là où il peut faire mal. Au tour précédent, il a rapidement pris les bonnes décisions face à Matthew Ebden, en montant au filet, lorsque l’Australien commençait à revenir. J’ai beaucoup aimé sa façon de gérer le match et son intelligence de jeu. 

Même si j’ai trouvé Del Potro calme et serein face à un Benoît Paire agacé, je me dis qu’il est possible de voir Gilles Simon le mettre en difficulté. Cela pourrait être du 50-50 sur ce match, "Gilou" pourrait même créer l'exploit.