Un Simon pas assez décisif 

Reuters

Dans le paysage actuel d'un tennis masculin français en décrépitude, difficile de deviner lequel des "Mousquetaires" encore valides va tirer son épingle du jeu à l’entame d’un Grand Chelem. Après un Open d’Australie et un Roland-Garros sans le moindre qualifié en huitièmes de finale, ce Wimbledon 2018 faisait figure d’éclaircie inespérée avec trois représentants encore en lice à ce stade de la compétition.

Après les éliminations de Gaël Monfils, néophyte à ce niveau sur le gazon londonien, par le géant Kevin Anderson (6-7 [4], 6-7 [2], 7-5, 6-7 [4]) et d'Adrian Mannarino, expédié par sa majesté Roger Federer (6-0, 7-5, 6-4), c’est à une autre tour (de Tandil) infernale que Gilles Simon s’était attaqué dès lundi en tentant de prendre d’assaut Juan Martin Del Potro. Avant d’être interrompu par la nuit, encore en vie grâce au gain du troisième set (7-6 1, 7-6 5, 5-7).

Pas de Bleus en quarts

La chance de "Gillou" à la reprise ce mardi ? Profiter de la tendance assez prononcée chez ce "gros chat" de Del Potro à ronronner à l’allumage. Une entame en mode diesel qui se vérifie quand une vilaine double faute de l’Argentin vient offrir le premier break au Français (3-1). Pour prendre une première option sur le quatrième set. Simon a les bras, les jambes… et le bon œil pour s’offrir, grâce au hawk-eye notamment, plusieurs balles de 4 jeux à 1. Sauf que le scénario est identique à la deuxième manche, jouée la veille, avec un Del Potro capable de refaire déjà son retard (3-3). Et de servir pour le gain du match grâce à un nouveau break (5-4).

Sauf que le Tricolore s’accroche en écartant pas moins de quatre balles de match en faveur de son adversaire. Sa quatrième tentative est la bonne pour revenir à cinq jeux partout. Un effort plus que louable, à condition de se montrer enfin performant dans un jeu décisif. Où entre les trois tie-break perdus par Monfils lundi et les deux mal négociés par Simon, les Bleus ne font pas des étincelles. Simon a beau mener 2-0 puis 3-1, sa volée est ratée pour permettre à Del Potro de recoller à nouveau. Et de passer devant grâce à un vingt-cinquième ace, avant que le n°4 mondial ne scelle le sort de ce match après 4h24 de jeu, sur deux jours (7-6 [1], 7-6 [5], 5-7, 7-6 [5]). Pour rejoindre en quarts de finale un Rafael Nadal tranquille puisque qualifié depuis la veille. Il n’y a plus, mais faut-il le préciser, de Français dans ce Championship 2018.