L'UEFA met en garde Marseille !

Panoramic

Un club est responsable de ses supporters et l’OM risque de le payer très cher. L’UEFA, qui s’est enfin penchée sur les nombreux incidents ayant émaillé les quatre derniers matches de Marseille en Ligue Europa (contre Leipzig en quarts retour, face à Salzbourg en demies aller et retour, puis devant l’Atlético Madrid en finale), a prononcé mercredi de très lourdes sanctions à l’encontre du club présidé par Jacques-Henri Eyraud.

La commission de contrôle, d’éthique et de discipline de l’instance européenne, qui a constaté débordements, dégradations, utilisation de fumigènes et jets de projectiles sur la pelouse, a ainsi décidé d’exclure les Ciel et Blanc de la prochaine compétition organisée par l’UEFA pour laquelle ils se qualifieront si de tels agissements se reproduisaient dans les deux années à venir. Un simple sursis, donc, mais une réelle menace.

100.000 € d'amende

Il faudra que les ultras phocéens, réputés bouillants, se montrent irréprochables jusqu’en 2020, s’ils ne veulent pas pénaliser leur club de manière conséquente. L’UEFA, qui ne plaisante pas, leur a un peu simplifié la tâche, puisqu’elle a aussi infligé à l’OM un match à huis clos, pour ses débuts à domicile en Ligue Europa la saison prochaine, et une autre rencontre dans un stade Vélodrome à moitié vide, les deux virages Nord et Sud fermés.

Par ailleurs, les dirigeants olympiens devront régler une amende de 100.000 euros et ont trente jours pour dédommager leurs homologues lyonnais suite aux dégradations causées par leurs supporters au Groupama Stadium, le 16 mai, lors de la finale de la Ligue Europa perdue face aux Colchoneros (0-3). Ce soir-là, les fans marseillais avaient promis à Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, de "tout casser" chez lui. Un mauvais calcul.