Ligue des Champions : McTominay, la nouvelle attraction

Reuters

 

C’est une belle histoire comme l’Angleterre les aime. Celle d’un jeune joueur du cru qui en quelques jours, devient incontournable au sein de son club de cœur. Du haut de ses 21 printemps, Scott McTominay vit un rêve éveillé sous les couleurs de Manchester United. Inconnu en début d’année, le milieu des Red Devils a profité des blessures et de la méforme de certains joueurs pour être propulsé sur le devant de la scène, pour ne plus la quitter. L’engouement médiatique a pris de l’ampleur au soir du match nul de Manchester United sur la pelouse du FC Séville (0-0) le mois dernier. Alors que tout le monde s’interrogeait sur la mise à l’écart de Paul Pogba, José Mourinho préférait mettre en avant l’éclosion de son nouveau soldat dans l’entrejeu. « Vous me posez tous des questions sur Paul Pogba, mais vous devriez me parler de Scott McTominay, déclarait alors le Special One à l’issue du match. Ce gamin a joué comme si c'était son treizième match de Ligue des champions. Il a été énorme, il a tout bien fait. » 

Dire que le coach portugais aime McTominay est un doux euphémisme. Il l’adore ! Mourinho n’a d’ailleurs pas hésité à faire un câlin à un journaliste anglais ayant souligné le bon apport du jeune joueur écossais lors du match face au FC Séville. Pour mettre en valeur sa trouvaille, l’ancien coach du Real Madrid n’a pas hésité à tacler Paul Pogba début février, pas au meilleur de sa forme en ce moment : « McTominay mérite de jouer plus. Il n’a pas de cheveux colorés, pas de grosse voiture, pas de grosse montre, ni de bijoux. » Entre temps, la situation s’est apaisée et le boss mancunien fait même de plus en plus confiance à la paire Pogba-McTominay. Le grand espoir écossais a enchaîné les matchs et les prestations hautes en couleurs. Chelsea, Liverpool ou encore Séville : tous ces clubs ont eu du mal à contourner le n°39 mancunien. Sérieux, appliqué, rugueux et surtout juste dans son jeu, la coqueluche des Red Devils s’est également mis ses coéquipiers dans la poche. Matic assure que c’est « un plaisir de jouer à ses côtés, car il se bat pour l’équipe », tandis que Carrick, qui raccrochera au terme de la saison, assure que McTominay est « fantastique » et qu’il l’aidera autant qu’il le pourra en lui donnant des conseils.      

s

Une réussite actuelle loin d’être évidente à ses débuts. McTominay a signé son premier contrat professionnel en… 2013. L’intéressé a dû attendre cinq longues années et quelques changements de postes pour avoir sa chance. Formé en tant que n°10, le natif de Lancaster a progressivement reculé en même temps qu’il évoluait physiquement, passant de 1m73 à 1m93 en deux ans (18 à 20 ans). La suite logique de cette explosion express est bien sûr sa carrière internationale. Alors que le joueur avait une véritable carte à jouer avec l’Angleterre, il a récemment choisi de défendre les couleurs de son pays d’origine, l’Ecosse. Le sélectionneur écossais Alex McLeish a remporté la guerre face au patron anglais, Gareth Southgate. « Scott a été très réceptif. Je l'ai regardé dans les yeux et j'ai ressenti en lui la passion de jouer pour l'Écosse. » Une trajectoire qui n’est pas sans rappeler un certain Roy Keane…