Le Bayern sûr de sa force

Reuters

Dimanche en cas de résultat positif face au RB Leipzig combiné à un faux pas de Schalke 04 et de Dortmund contre Wolfsbourg et Hanovre respectivement, le Bayern peut devenir prématurément champion d’Allemagne et ce pour la 28e fois de son histoire – la sixième consécutivement. A la veille de la 27e levée de Bundesliga, l’exploit n’est pas mince et doit sa réalisation en grande partie au retour au bercail de Jupp Heynckes, lequel est entré dans l’histoire de la C1 ce mercredi soir…

Sous sa houlette, le club phare de Munich a remporté en 2013 sa cinquième Ligue des champions. Or en cumulant les victoires de ce parcours abouti et celles enregistrées depuis son retour aux affaires en octobre dernier, dans la foulée des Carlo Ancelotti et Willy Sagnol, Jupp Heynckes s’est offert à Istanbul ce jour un 11e succès de rang dans l’élite du football continental. Une performance tout simplement inédite. Avec à la clef pour le Bayern une qualification facile pour les quarts de finale de la Ligue des champions

Trois semaines plus tôt, les Bavarois avaient assuré l’essentiel en écrasant les Stambouliotes du Besiktas à l’Allianz Arena (5-0). Malgré l’absence des Coman et Tolisso et un Kimmich sur le banc ce mercredi, ils n’ont pas été moins souverains en terrain hostile. Grâce à une réalisation d’Alcantara (18e), un but contre son camp de Gonul (46e) et une ultime banderille plantée par Wagner (84e), les Munichois se sont imposés encore (1-3),  à peine contrariés par un Vagner Love qui aura sauvé l’honneur des siens (59e). La seule et unique récompense pour un Vodafone Park bouillant et à la hauteur de l’événement. A un point tel que les joueurs du Bayern en ont salué l’ambiance au coup de sifflet final.