Toulouse gagne, mais se frustre

Tout n’est pas perdu. Dans la foulée d’un match nul, mais vraiment nul, à désespérer de ce jeu entre Bordeaux et Montpellier (9-9), le Stade Toulousain puis le Stade Rochelais se sont chargés de redonner le sourire aux habitués du Top 14. Chanceux le public d’Ernest-Wallon qui, pour cette première à domicile, a non seulement vu ses protégés s’imposer (33-26), mais s’est aussi régalé de orgie offensive avec ce succès 5 essais à 4 des Toulousains.

Dans un match où l’alliage entre la fougue de la jeunesse (Ntamack, Ramos, Placines, Marchand…) et l’expériences des cadres (Kaino, Mermoz, Huget…) auront d’abord mis les visiteurs au supplice, la victoire bonifiée à cinq points tendait les bras aux joueurs d’Ugo Mola et Régis Sonnes, déjà acquise à la pause grâce aux essais de Julien Marchand (23e), Zack Holmes (29e) et Yoann Huget (39e), puis confortée encore au retour des vestiaires par Alban Placines (43e) et Thomas Ramos (55e). Mais c'était sans compter le coupable relâchement toulousain  - un mal déjà aperçu la saison passée... - et le sursaut d'orgueil rochelais, illustré par ces quatre réalisations des visiteurs, signés Eliott Roudil (48e, 58e) et Arthur Retière (76e, 78e), auteurs chacun d'un doublé.

"Plus mental qu'un manque d'expérience"

"On fait pourtant un beau début de deuxième mi-temps, on marque de suite et on fait le break. Mais il y a trop de relâchement, regrettait Maxime Mermoz au micro de Canal+. Ils ont bien joué au ballon, ils ont gagné plus de duels… C’est dommage autant de travail pour seulement quatre points. On va s’en contenter, mais en produisant 60 minutes comme ça, ce n’est pas normal", convenait le trois-quarts centre apparu très complémentaire avec Romain Ntamack. Avant de conclure : "C’est plus mental qu’un manque d’expérience." Malgré le réveil rochelais, Marc Andreu ne pouvait pas positiver une telle performance…

"On n’a qu’une mi-temps de bien, on s’était dit des choses, de jouer sur 80 minutes, révèle l’ancien Racingman, et on a encore joué sur quarante minutes. Sur la physionomie du match, il n’y a quand même pas photo. Il faut juste qu’on arrive à entrer correctement dans nos matches." Et que Toulouse parvienne à mieux les conclure.