Montpellier trop fort pour le RCT

ICON SPORT

Dire que Toulon a sans doute joué sa meilleure première période de la saison. Mais le constat d’échec demeure pour l’équipe de Patrice Collazo qui, quoi qu’en dise "le hipster de Canal+", alias Sébastien Chabal, a produit dimanche une performance encourageante sur la pelouse des vice-champions de France, mais n’en concède pas moins sa cinquième défaite en sept journées (29-17), la quatrième en déplacement à zéro point.   

Face à un MHR qui reste sur une correction infligée aux Toulousains (66-15) sur sa pelouse, ce RCT a tout à craindre. Et de quoi être soulagé par la vidéo qui refuse à Johan Goosen un essai sur un en-avant de passe à l’origine de l’action, alors que l’offrande de Ian Serfontein à l’aveugle et sur un pas pour son ouvreur était un modèle du genre. Montpellier perd gros: cinq points et… son stratège buteur, puisque Goosen, blessé peut-être grièvement à une cheville en retombant dans l’en-but, doit quitter la pelouse sur une civière. La pénalité de Ruan Pienaar, qui ouvre le score, est une maigre consolation (3-0, 7e).

Goosen à l'infirmerie

Déjà privée d’Aaron Cruden, la formation de Vern Cotter n’avait pas besoin d’un tel handicap, au point de devoir confier le n°10 à un Alexandre Dumoulin sans la moindre minute de jeu cette saison. Mais le trois-quarts centre international profite de la force de son collectif. Et la bonne volonté comme les bonnes intentions des Toulonnais sont entamées par le premier essai du match, consécutif à une touche captée par les visiteurs, mais un ballon contesté au sol par le capitaine Louis Picamoles. Derrière, la passe sautée de Pienaar est parfaite pour Benjamin Fall, qui échappe à Josua Tuisova (10-0, 20e). Toulon confirme sa tendance au retard à l’allumage avec 60% de ses essais concédés dans les trente premières minutes de jeu.

La récompense intervient pourtant sur un nouveau mouvement fait de franchissements et de passes dans la défense montpelliéraine, où le une-deux entre François Trinh-Duc et JP Pietersen, puis le raffut de Jacques Potgieter mettent sur orbite Daniel Ikpefan pour son premier essai toulonnais (10-7, 29e). Mais la pression du MHR s’intensifie et finit par payer avec cet essai en coin opportuniste de Timoci Nagusa (remplaçant au pied levé de Nemani Nadolo, touché à une cheville la veille du match), qui joue vite la pénalité pour hors-jeu d’Eric Escande devant sa ligne et saute pour inscrire sa 74e réalisation dans le Top 14 (à une longueur de Julien Arias, auteur de son 75e essai à Castres). A la pause, Montpellier creuse un premier écart… et Toulon rependra à quatorze suite au carton jaune d’Escande (15-7).

Mais cette première mi-temps, presque référence pour Toulon, est gâchée dès la reprise par ce jeu au pied contré d’Anthony Belleau qui profite à Serfontein dont l’essai sous les poteaux crucifie les visiteurs (22-7, 44e). La digue toulonnaise a sauté et Picamoles en profite pour inscrire le quatrième essai sur son « spécial » en force et sa cinquième réalisation personnelle dans ce Top 14 (29-10, 50e). Le bonus est en vue pour les vice-champions de France, mais c’est sans compter la réalisation du rentrant Anthony Méric (29-17, 75e) qui, à défaut d’offrir quoi que ce soit à son équipe, encore bredouille en déplacement et réduite à quatorze suite au plaquage mal maîtrisé et au carton rouge du All Black Liam Messam (80e+2), prive ses adversaires de cette victoire à cinq points. "Ç’aurait été mieux avec le bonus, forcément, reconnaît aisément Fall au micro de Canal+. Mais on peut se satisfaire de cette victoire (3 de rang pour le MHR). Cette équipe toulonnaise, c’était du lourd. Tout n’était pas parfait, on va retrouver des matches de cette intensité la semaine prochaine en Coupe d’Europe, donc c’était une bonne préparation". Montpellier monte en puissance, Toulon, malgré ce frémissement, aimerait pouvoir en dire autant.