Le héros, c'est Mannarino

Reuters

Adrian Mannarino a qualifié l'équipe de France pour les quarts de finale de finale de la Coupe Davis en dominant ce dimanche le Néerlandais Robin Haase (4-6, 7-6 [5], 7-5, 6-7 [2], 7-5).

Quel baptême du feu pour Adrian Mannarino ! L'appelé de dernière minute chez les Bleus, convoqué pour pallier les forfaits de Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille, a donné la victoire à l'équipe de France face aux Pays-Bas (3-1), à Albertville, au 1er tour de la Coupe Davis. Battu vendredi par Thiemo de Bakker, le Francilien a trouvé la clé, cette fois, pour remporter un match crispant face à Robin Haase (4-6, 7-6 [5], 7-5, 6-7 [2], 7-5).

Il n'y avait pas forcément péril en la demeure pour les Bleus, puisque Richard Gasquet serait parti favori du cinquième match. Mais c'est mieux d'en finir comme ça avec un week-end où rien n'aura été simple, à l'image de ce dernier match totalement décousu. Dominé en début de rencontre, Mannarino a réussi à rentrer dans son match au milieu du deuxième set, où il a débreaké quand Haase servait pour mener deux manches à rien.

A partir ce moment-là, "Manna" a réussi à imposer son jeu de contreur. Mais il a péché au moment de conclure, trop souvent, à l'image de son terrible ratio sur les balles de break (4/26 !). Pire, le Francilien s'est mis à trembler au pire moment, dans le quatrième acte où, après avoir manqué des balles de double break, il s'est fait débreaker à 5-4 après être passé à deux points du match.

"C'était difficile au début du match, mais une fois que je suis rentré dedans, je sentais bien mes coups, j'ai pris du plaisir, a confié le héros du jour sur beIN SPORTS. C'était dur de perdre le quatrième, mais le public m'a poussé, tout comme les coéquipiers au bord du court." Dans la souffrance, Mannarino a donc fini par conclure pour s'offrir une belle explosion de joie collective. "L'ambiance était incroyable, c'est la première fois que je vivais ça."

Même Noah, le capitaine tricolore, a tremblé. "C'est l'un des matches avec le plus de rebondissements que j'ai eu à vivre sur une chaise, confiera-t-il. Je suis très content pour lui, ça va être un souvenir précieux pour lui. Grâce à lui on se retrouve en quarts." Ce sera en Italie, au mois d'avril, face à Fabio Fognini. Et ça s'annonce encore riche en émotions.