Eddie Jones, un dur lendemain de défaite

Reuters

Voilà qui colle mal, c'est le moins que l'on puisse dire, avec l'esprit et la légende du vénérable Tournoi des 6 Nations. Eddie Jones prétend, qu'au lendemain de la défaite surprise du XV de la Rose à Murrayfield (25-13), il a été "agressé verbalement et physiquement" lors de son retour d'Ecosse.

Une vidéo circule montrant le sélectionneur du XV de la Rose à sa sortie de la gare d'Oxford Road, à Manchester, alors qu'il veut se rendre à Old-Trafford pour y assister, à l'invitation de Sir Alex Ferguson, au match de Premier League entre les Red Devils et Chelsea. Après avoir accepté de prendre la pose pour un selfie avec trois individus, dont il est difficile de savoir s'ils sont ou non supporteurs de rugby, on devine Jones mal à l'aise, et même pas franchement rassuré, puis importuné jusque dans le véhicule venu le chercher... Le chauffeur et un autre homme présent vont même devoir intervenir pour calmer le jeu.    

"Tout le monde déteste l’Angleterre"

Selon BBC Sport, la police des transports a bien reçu un rapport faisant état d’un incident impliquant Eddie Jones. Et si aucune arrestation n’a eu lieu, l’enquête se poursuit… En attendant, on n’y reprendra plus le technicien australien, qui voyageait là sur une ligne régulière. "Soyez sûrs que je ne le ferai plus dans le futur, c’est aussi simple que ça."

Sans même savoir si ses supporteurs sont en cause, la Fédération écossaise de rugby (SRU) a tenu à réagir dans un communiqué et se déclare "consternée". "Le comportement dégoûtant de ceux qui sont impliqués ne représente en rien les valeurs de notre sport ou de ses fans. La dignité manifestée samedi par Eddie et l’équipe d’Angleterre est en contraste total avec cet affreux incident."

Mais pour Eddie Jones, l’environnement qui a précédé la défaite anglaise en Ecosse pourrait avoir encouragé de tels comportements. A l’image des déclarations provocatrices d’un Gavin Hastings, ancien capitaine du XV du Chardon, qui avait appelé avant la rencontre à mettre "le nez dans son caca" (sic) à l’équipe de Jones. Ou encore l’actuel pilier Simon Berghan pour lequel "tout le monde déteste l’Angleterre".

"Je suis un être humain. Je ne me considère pas différent des autres, il me semblait donc normal de voyager dans les transports publics, explique-t-il. Je ne le peux pas parce qu’on a vu ce qui se produisait quand je le faisais. C’est le monde dans lequel on vit. J’ai été énormément étonné. Ce n’était pas confortable", avoue-t-il, visiblement marqué par sa mésaventure.