Reuters

Arsenal en perdition

En passe de perdre Alexis Sanchez, Arsenal enchaîne les désillusions. Ce dimanche encore sur la pelouse de Bournemouth, pour le compte de la 23e levée de Premier League (2-1).

Rien ne va plus à Arsenal. Depuis un mois et demi, en neuf journées de championnat, les Gunners ne se sont guère imposés que deux fois – un ratio tout aussi préoccupant toutes compétitions confondues puisque les Londoniens, fraîchement éliminés de la Cup, ont seulement remporté trois de leurs 12 derniers matches.

Giroud et Ozil sur le flanc – comme Monreal et Koscielny – les hommes d’Arsène Wenger n’ont même pas pu s’appuyer ce dimanche sur Alexis Sanchez pour forcer leur destin. Le Chilien, plus que jamais sur le départ, n’ayant pas été retenu pour l’occasion par le technicien alsacien. Or quand le joueur le plus "bankable" des Gunners n’est pas de la partie, Arsenal généralement ne s’en sort pas. En témoignent les trois dernières rencontres disputées sans ses services, toutes perdues (contre Stoke, Watford et Bournemouth).

Ce jour pourtant, face aux Cherries, les coéquipiers d’un Lacazette muet depuis plus de dix heures désormais ont eu la chance d’ouvrir le score, par Bellerin, en début de seconde période (0-1, 52e). Seulement en l’espace de cinq minutes à peine, Bournemouth a réagi, profitant des largesses de la défense et du portier d’Arsenal – Cech - pour trouver la faille par Wilson (1-1, 70e) et Ibe (2-1, 74e). Un revers d’autant plus marquant que les Gunners accusent désormais cinq longueurs de retard sur le Top 5 du championnat et Tottenham. En perdition totale.