NBA - Philadelphia 76ers : L’avenir s’annonce radieux à Philly

Reuters

Et si cette demi-finale de Conférence éreintante entre Boston et Philadelphia était une teaser grandeur nature des futures finales à l’Est ? Car ces deux franchises ont tout d’un candidat pour prendre la succession des Cavaliers. Si jamais ceux-ci étaient lestés de leur arme de destruction massive LeBron James. D’ailleurs, les Celtics vont se frotter à nouveau au King et à ses sbires dimanche prochain pour un classique de ces dernières années.

De leur côté, les Sixers vont certainement ressasser tout l’été cette demi-finale. Car le 4-1 concédé suite à une nouvelle défaite dans le Massachussetts ce mercredi (114-112) est loin de refléter l’écart de niveau entre ces deux équipes. Certes, il manquait du beau monde à Boston avec les absences de Kyrie Irving et Gordon Hayward notamment mais tout de même, cette équipe de Philadelphia ne méritait certainement pas tel châtiment.

Le résumé du Game 5 remporté par Boston : 



Cependant, la bande à Joel Embiid est tombée sur des C’s implacables dans le money time. Le Game 3 épique entre les deux équipes (98-101 ap) a parfaitement illustré ce qu’il a manqué à Philly pour vaincre leurs adversaires : l’expérience. Et ce même si Jayson Tatum (23,6 points à 52,6% au tir sur la série) disputait ses premiers Playoffs et Jaylen Brown (15,3pts à 53,5%), diminué par un ischio douloureux, ses deuxièmes. Mais les pertes de balle de Ben Simmons ou les mauvais choix d’Embiid ont été rédhibitoires à ce niveau, tandis que le coaching de Brad Stevens a complètement éclipsé celui de Brett Brown.

 « J’ai le sentiment qu’on aurait pu montrer plus de choses, a résumé Embiid après ses 27 points et 12 rebonds compilés dans le Game 5. On regorge de gars talentueux mais on n’a pas joué notre meilleur basket. On sent que quand tout le monde est dedans, on est imbattable. Mais on a commis trop d’erreurs dans la série et on doit en tirer les leçons. »

embiid


Un constat amer pour le Camerounais qui s’est parfois trop dissipé dans le trashtalking, que cela soit avec Marcus Morris ou Terry Rozier. Après cette demie, Simmons sait de son côté sur quoi il va devoir travailler au cours des prochains mois : acquérir un shoot ! Ses qualités physiques hors du commun et son sens de la passe n’ont clairement pas été suffisants pour faire vaciller les C’s.

Aux portes du triple-double avant de croiser leur chemin, l’Australien de 21 ans a vu ses stats fondre avec 14,4 points (à 47,5% alors qu’il tournait à 54,5% en saison régulière), 8,2 rebonds et 6,4 passes. « Je suis en train d’apprendre, a ainsi confié le meneur aussie en conférence de presse. C’est juste le début pour moi, j’ai encore beaucoup de chemin à faire. C’était simplement ma deuxième série. Celle contre Miami m’avait déjà permis d’être un meilleur joueur. »

simmons



Simmons et Embiid, les deux visages du futur de la franchise, ne sont évidemment pas les seuls à blâmer pour cette élimination presque surprenante avant le début de la série. En vue lors des deux derniers matchs, Dario Saric s’est peu montré lors des trois premiers. Quant aux artilleurs vétérans Marco Bellinelli et JJ Redick, ils ont alterné tirs complètement dingues et performances décevantes. Seront-ils là la saison prochaine ? C’est encore le flou le plus complet pour la direction de Philly qui pourrait également décider de ne pas prolonger Ersan Ilyasova et Amir Johnson.

Le départ de ces quatre joueurs lui permettrait de posséder 25 millions de dollars à dépenser sur les agents libres, voire même les 35,4 M$ nécessaires pour attirer LeBron James… Trop court physiquement pour une telle opposition, Markelle Fultz, qui n’a disputé que 9 minutes en Playoffs face au Heat, est lui un motif d’excitation supplémentaire pour l’ancienne franchise d’Allen Iverson. Tout comme les nombreux choix lors de la prochaine Draft. Malgré cette sortie prématurée, une chose est sûre : le « Process » est plus que jamais en marche !