NBA : Noah bientôt coupé par les Knicks ?

Reuters

"Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, mais je serai prêt." Il faut suivre le déroutant Joakim Noah sur Instagram pour savoir où il en est. Sept mois après son dernier match avec les Knicks, qui l’ont écarté suite à ses problèmes relationnels avec l’ex-coach Jeff Hornacek, le pivot français (33 ans, 2,11 m) est toujours dans le flou. Il s’entretient physiquement, mais prend peu à peu conscience que son histoire d’amour avec New York, débutée en 2016, va déboucher sur un divorce. Sans doute d’ici deux semaines.

 

 

Si le nouvel entraîneur David Fizdale a un temps réfléchi à la possibilité de réintégrer "Jooks" à son effectif, l’état-major de la franchise est arrivé à la conclusion, logique, que son aventure à "Big Apple" devait se terminer le plus vite possible. Puisque aucun trade n’a pu être finalisé en fin de saison passée, personne ne souhaitant prendre en charge les deux dernières années de son contrat de 72 millions de dollars gracieusement offert par Phil Jackson, les Knicks devraient le libérer le 1er septembre, selon ESPN.com.

Frapper fort en 2019 et 2020

Pourquoi pas avant ? C’est à partir de cette date que la stretch provision, inscrite dans les règlements de la NBA relatifs au salary cap, permettra à New York de couper l’intérieur tricolore en lui réglant ses émoluments sur quatre ans au lieu de deux: les 18,5 M$ qu’il doit toucher en 2018-2019 lui seront versés comme prévu et les 19,3 M$ restants seront étalés sur trois saisons (6,4 M$ par an). Un moyen pour les pensionnaires du Madison Square Garden d’être agressifs lors de la prochaine free agency. Et des suivantes.

Le processus de reconstruction est enclenché et les Knicks, qui s’apprêtent à vivre une saison terne, ne veulent pas traîner pour redevenir compétitifs. L’été prochain, comme en 2020, de grands joueurs seront sur le marché et se séparer de Joakim Noah maintenant leur donnera un peu plus de marge financière pour attirer l'un d'entre eux. L’autre solution serait de garder l’ancien Bull jusqu’en juillet 2019, pour tenter de l’inclure dans un échange et s’en débarrasser sans frais, mais New York a semble-t-il perdu patience.

 

 

 

Une publication partagée par Joakim Noah (@stickity13) le