Reuters

NBA - New York Knicks : Comment Ntilikina a gagné le respect de NY

En tenant tête à LeBron James lundi soir au Garden, Frank Ntilikina a répondu de la meilleure des manières au King et à ses critiques à peine voilées. Le Français s’est mis encore un peu plus le public new-yorkais dans sa poche.

Sans le vouloir, LeBron James a offert à Frank Ntilikina une exposition inattendue. Quelques jours avant un alléchant Knicks-Cavaliers, la star de Cleveland avait donné son avis sur le choix de New York de sélectionner le Français avant son poulain, Dennis Smith Jr., finalement drafté par Dallas : « New York en a laissé passer un très bon, et c’est Dallas qui a eu le diamant brut, avait lancé le King, face caméra, à des médias américains. Je sais que ça va faire les gros titres mais il (Dennis Smith Jr.) devrait être un Knick. »

Une saillie du King qui n’est pas passée inaperçue et qui visait surtout Phil Jackson, l’ancien boss de NY, accusé d’avoir très mal géré le dossier Carmelo Anthony (entre autres). « Ce que j’ai dit sur Dennis Smith Jr. n’était pas destiné à Frank Ntilikina. Je ne le connais pas vraiment, s’est justifié lundi James sur ESPN. Je pensais juste à la franchise des Knicks et à Phil Jackson, ainsi qu'au talent de Dennis Smith et à sa compatibilité avec Kristaps Porzingis. Je connais Dennis depuis qu'il a 14 ans. Ce n'est pas parce que j'ai parlé de l'un que je pense du mal de l'autre ».

lebron



Mais le mal était fait et de nombreux coéquipiers du Français ont tenu à le défendre devant les journalistes. « Je ne sais pas pourquoi il a dit ça mais tout ce que je peux dire, c’est qu’on adore Frank, a clamé le nouveau "franchise player" de "Big Apple", le Letton Kristaps Porzingis. On est content de l’avoir et je ne l’échangerai contre personne d’autre. C’est aussi simple que ça. » Mais c’est un autre Européen, le Turc Enes Kanter, qui s’est montré le plus véhément en affirmant juste avant la rencontre face aux Cavs qu’il ne pouvait pas « laisser quelqu’un manquer de respect à [sa] famille » et qu’« on n’a pas le droit de parler comme ça d'un rookie. »

Et les mots de l’ancien intérieur d’OKC se sont transformés en actes lundi soir au Madison Square Garden avec un match énorme à son actif, son record de la saison avec 20 points et 16 rebonds. Notamment lors d’un moment déjà culte à la fin du premier quart-temps. Dans un Garden déjà très chaud, Ntilikina a repoussé à trois reprises LeBron James, pourtant bien plus épais que lui. Et l’ancien Strasbourgeois n’a pas baissé les yeux, avant d’écarter les bras lorsqu’un des arbitres s’est rapproché de lui. Face à LeBron un brin décontenancé, c’est Kanter qui a ensuite pris le relais pour dire tout le bien qu’il pensait de lui. L’altercation n’a pas dégénéré et le Frenchie a pu réaliser un nouveau gros match en défense avec 6 interceptions, dont 5 à la pause, même si son tir est encore très perfectible (2/5 face aux Cavs avec seulement 34,5% de réussite depuis le début de la saison).

L'altercation LeBron-Ntilikina :

C’est même lui plutôt que l'expérimenté Jarrett Jack qui a encore terminé la rencontre finalement remportée par Cleveland (101-104). Les Knicks ont concédé une défaite qui fait mal mais ont certainement vu leur « prospect » éclore plus rapidement que prévu. Et gagner définitivement le respect de l’exigent public du Garden. « LeBron James ? Je ne pouvais pas relancer la balle. Il était sur mon chemin, a commenté Ntilikina après la partie sur ESPN. J'aurais poussé n'importe qui dans cette situation. Il se trouve que c'était LeBron James... » Un joli clin d’œil à son compatriote Joakim Noah, « clasheur » historique du quadruple MVP, qui a dû avoir un petit sourire en coin sur le banc des Knicks… La relève est définitivement assurée à ce niveau !

wade



Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement