BEINSPORTS

NBA - Le best of des Frenchies !

La saison de NBA est désormais terminée. C’est l’heure du bilan pour les Français avec des stats et des vidéos exclusives de leurs performances.

Rudy Gobert - Utah Jazz (81 matchs, 33,9 minutes, 14 points, 66,1% aux tirs, 12,8 rebonds, 1,2 passe, 2,6 contres, 0,6 interception, 1,8 balle perdue)

Assurément le meilleur Frenchie de la saison ! Attendu au tournant après avoir signé un énorme contrat, le pivot de 24 ans a répondu présent avec notamment des stats défensives dingues. Gobert a tout simplement terminé meilleur contreur de la Ligue et est toujours en course pour le titre de meilleur défenseur. Pour celui de la meilleure progression (MIP), les carottes semblent déjà cuites car Giannis Antetokounmpo (Milwaukee) est le grand favori. « J’aimerais progresser encore partout, avait confié le big man dans NBA Extra, le 1er juin dernier. Personne n’est parfait. J’ai encore une très grosse marge de progression et surtout offensivement. Pourquoi pas shooter prochainement à 3 points (sourires). »  

Le best of de Rudy Gobert

 

Nicolas Batum - Charlotte Hornets (77 matchs, 34 minutes, 15,1 points, 40,3% aux tirs, 6,2 rebonds, 5,9 passes, 0,4 contre, 1,1 interception, 2,5 balles perdues)

Leader d’attaque avec Kemba Walker, Batum n’a pas permis à Charlotte de retourner en Playoffs. Les Hornets ont en effet terminé à une étonnante et triste 11ème place à l’Est. De quoi susciter quelques critiques à l’encontre du joueur de 28 ans. « On a dit que j’avais fait une saison en dedans par rapport à l’année dernière mais c’est exactement la même, a-t-il réagi lors d’un Facebook Live organisé mardi. Le problème, c’est que je me suis dit qu’il fallait que je garde le même style de jeu. Il ne fallait pas que je bouge. Je ne dis pas que je vais passer à 20 points car je ne suis pas un scoreur, tout le monde le sait, mais il faudrait que je puisse avoir un impact différent. Je me suis cloîtré dans un certain rôle pendant des années, en équipe de France et en NBA. C’est dans la tête. » Le rendez-vous est pris !


Le best of de Nicolas Batum

 

Evan Fournier - Orlando Magic (68 matchs, 32,9 minutes, 17,2 points, 43,9% aux tirs, 3,1 rebonds, 3 passes, 0,1 contre, 1 interception, 2,1 balles perdues)

A l’instar de Nico Batum, Evan Fournier n’a pas à rougir de ses statistiques avec Orlando. Mais le bilan du Magic (29 victoires - 53 défaites), certes prévisible, est en deçà des objectifs de la franchise floridienne, en perpétuelle reconstruction depuis le départ de Dwight Howard en 2012… L’ancien Nugget a tout de même augmenté sa moyenne de points (17,2 contre 15,4 en 2015-2016) mais a baissé au pourcentage aux tirs (43,9% contre 46,2%) notamment à 3 points (35,6 % contre 40%).

Le best of d’Evan Fournier

 

Tony Parker - San Antonio Spurs (63 matchs, 25,2 minutes, 10,1 points, 46,6% aux tirs, 1,8 rebond, 4,5 passes, 0 contre, 0,5 interception, 1,4 balle perdue)

Avant de se blesser gravement en Playoffs, TP avait réalisé une saison régulière plutôt discrète. Le meneur désormais âgé de 35 ans a accepté d’avoir un nouveau rôle avec les Spurs, laissant ainsi à LaMarcus Aldridge mais surtout à Kawhi Leonard les rênes en attaque. En espérant qu’on reverra dans quelques mois ses dribbles et ses pénétrations dont il a le secret.

Le best of de Tony Parker

 

Boris Diaw - Utah Jazz (73 matchs, 17,6 minutes, 4,6 points, 44,6% aux tirs, 2,2 rebonds, 2,3 passes, 0,1 contre, 0,2 interception, 1,2 balle perdue)

Choix payant pour "Babac" qui s’est régalé au Jazz cette saison. Certes, l’homme à tout faire n’a eu le droit qu’à 17,6 minutes en moyenne par rencontre mais il les a souvent mises à profit pour fluidifier le jeu d’Utah. Rudy Gobert et Gordon Hayward en ont bien profité. L’ancien lieutenant de Tony Parker aux Spurs (notamment) pourrait d’ailleurs rester à Salt Lake City la saison prochaine, la concurrence de Trey Lyles n’étant pas trop pressante pour le moment.

Le best of de Boris Diaw

Ian Mahinmi - Washington Wizards (31 matchs, 17,9 minutes, 5,6 points, 58,6% aux tirs, 4,8 rebonds, 0,6 passe, 0,8 contre, 1,1 interception, 1,1 balle perdue)

« Drôle » de saison pour le grand Ian qui avait signé un gros contrat de 64 millions de dollars sur quatre ans avec Washington au début de l’exercice. Mais les blessures n’ont pas épargné le pivot des Wizards qui n’a finalement disputé que 31 rencontres de saison régulière. Avant de se blesser encore lors des Playoffs. « C’est vrai que ça a été une saison difficile pour moi au niveau des blessures avec ce genou au mois de septembre-octobre, n’a pas caché le Rouennais lors de son passage à NBA Extra dimanche. Après l’opération, j’ai essayé de revenir au mois de décembre et c’est l’autre genou qui a un peu flanché. Juste avant les Playoffs, c’était le mollet donc je n’ai jamais pu vraiment trouver un rythme. Mais j’ai quand même eu le temps de trouver quelques matchs référence. Une saison catastrophique au niveau des blessures en dix ans, je signe ! »

Le best of de Ian Mahinmi

 

Joakim Noah - New York Knicks (46 matchs, 22,1 minutes, 5 points, 49% aux tirs, 8,8 rebonds, 2,2 passes, 0,8 contre, 0,7 interception, 1,3 balle perdue)

Une saison en Enfer. Pour sa première année aux Knicks, après 9 passées aux Bulls, Joakim Noah a vécu un calvaire. Ses prestations sur le parquet n’étaient pas au rendez-vous au sein d’un collectif new-yorkais de toute manière grippé. Mais c’était sans compter une suspension de 20 matchs en mars pour s’être procuré un médicament interdit par le programme anti-dopage de la Ligue. Le tout quelques semaines après s’être fait opérer du genou gauche. A oublier, et vite.

Le best of de Joakim Noah

 

Timothé Luwawu - Philadelphia 76ers (69 matchs, 17,2 minutes, 6,4 points, 40,2% aux tirs, 2,2 rebonds, 1,1 passes, 0,1 contre, 0,5 interception, 1,1 balle perdue)

Une bonne saison de rookie. Après être passé par la case D-League lors des premiers mois, l’ailier de 22 ans a glané du temps de jeu, Brett Brown lui donnant même une place dans le cinq de départ des 76ers en fin d’exercice. « On est très heureux de sa saison, a confié Bryan Colangelo, le GM de Philly, à Basket USA. Lorsqu’il est arrivé, il a eu des difficultés à se mettre à niveau physiquement et il a continué de se donner à fond pour petit à petit s’imposer dans la rotation. Il a eu un impact très positif sur l’équipe et le staff technique était très content de lui (…) C’est un très jeune joueur mais il a besoin de travailler son physique : être plus rapide, plus fort physiquement également. Il doit également apprendre le "jeu à la NBA", prendre le contact lorsqu’il va au panier mais il deviendra clairement un bon joueur dans cette Ligue. »

Le best of de Timothé Luwawu

 

Kevin Séraphin - Indiana Pacers (49 matchs, 11,4 minutes, 4,7 points, 55,1% aux tirs, 2,9 rebonds, 0,5 passe, 0,4 contre, 0,1 interception, 0,6 balle perdue)

Auteur de quelques prestations intéressantes en sortie de banc, l’intérieur des Pacers n’a pas eu les minutes escomptées cette saison derrière l’excellent Myles Turner (14,5 points en 31,4 minutes) et le vieillissant Al Jefferson (8,1 points en 14,1 minutes). Dommage car Indiana a réalisé une saison médiocre et il y avait peut-être la place pour bouleverser la hiérarchie.

Le best of de Kevin Séraphin

 

Alexis Ajinça - New Orleans Pelicans (39 matchs, 15 minutes, 5,3 points, 50% aux tirs, 4,5 rebonds, 0,3 passe, 0,6 contre, 0,5 interception, 0,8 balle perdue)

A 29 ans, l’intérieur poursuit sa carrière en NBA sans faire beaucoup de bruit. Apprécié par Alvin Gentry, le coach des Pelicans, pour ses qualités d’attaquant, le n°42 devrait à nouveau être sur le banc des remplaçants de New Orleans en 2017-2018. D’autant que devant lui dans la hiérarchie se trouvent Anthony Davis et DeMarcus Cousins.

Le best of d’Alexis Ajinça

 

Joffrey Lauvergne - Chicago Bulls (70 matchs, 14 minutes, 5,3 points, 44% aux tirs, 3,6 rebonds, 1 passe, 0,1 contre, 0,4 interception, 0,8 balle perdue)

Très surpris d’être tradé d’Oklahoma City à Chicago en février, Lauvergne a perdu un peu de son adresse au passage et n’a pas été le stretch big man attendu par Fred Hoiberg, le coach des Bulls. Mais son énergie sur le parquet lui a tout de même permis de bénéficier de quelques minutes de jeu.

Le best of de Joffrey Lauvergne


Axel Toupane - New Orleans Pelicans (4 matchs, 11,8 minutes, 2,8 points, 55,6% aux tirs, 0,3 rebond, 0 passe, 0,3 contre, 0,3 interception, 0 balle perdue)

Après s’être fait remarquer en Ligue de développement, Toupane s’est vu offert un contrat quelques jours avec New Orleans. Un passage pas inintéressant même s’il va devoir cravacher pour retrouver une franchise à la rentrée.

Le best of d’Axel Toupane

@_PGod_


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement