Reuters

Beal affole les compteurs

Soirée faste pour Bradley Beal. L’arrière des Wizards a en effet passé 51 points à la défense des Blazers, Washington en profitant pour s’imposer 106-92.

Washington a de la ressource. Fessés, la veille, dans l’Utah, le Jazz s’imposant par 47 points (116-69), les Wizards ont en effet réagi en l’emportant chez les Blazers. Une victoire 106-92 acquise au terme d’un match somme toute tranquille pour les joueurs de la capitale fédérale, les Wizards faisant en effet la différence dès le deuxième quart pour virer à la pause avec 14 points d’avance (51-37).

Et si les hommes de Scott Brooks ont passé une soirée tranquille, ils le doivent au festival de leur artificier Bradley Beal. John Wall toujours sur le flanc, l’ancien Gator a en en effet signé un véritable récital, terminant avec 51 points à 21 sur 37 aux tirs et 5 sur 12 à trois points. De quoi lui permettre de signer un nouveau record en carrière et d’oublier ses dernières sorties décevantes. "J’ai débuté le match avec la ferme intention d’être agressif car je n’avais pas aimé la façon dont j’avais joué la veille mais également les matches précédents", a-t-il d’ailleurs commenté à l’issue de la rencontre au micro d’ESPN.

A ses côtés, Markieff Morris et OJ Porter pouvaient bien être en souffrance avec 8 points à 2 sur 10 pour le premier et 2 points à 1 sur 8 pour le second, la performance canon de Bradley Beal allait suffire pour faire gagner les Wizards. Et ce malgré les 30 points à 10 sur 23 aux tirs, 9 passes et 8 rebonds d’un Damian Lillard pas en reste chez les Blazers.