Mercato : L'OM ne recrutera plus à la légère

ICON SPORT

 

Novembre 2014, branle-bas de combat à l'Olympique de Marseille, le président Vincent Labrune est placé en garde à vue, comme ses prédécesseurs Pape Diouf et Jean-Claude Dassier. La justice enquête alors sur des transferts présumés frauduleux sur la période 2005-2011. Une procédure ouverte pour "extorsion de fonds, association de malfaiteurs et blanchiment" qui vise notamment certains intermédiaires peu recommandables, proches du fameux milieu marseillais.

Marseille a refusé plusieurs joueurs...

Cette sombre affaire toujours en cours à ce jour aurait précipité la décision de Margarita Louis-Dreyfus de vendre le club. Et le repreneur Frank McCourt, arrivé aux commandes en octobre 2016, de changer radicalement la politique de recrutement olympienne. Jacques-Henri Eyraud le confesse ce jeudi dans les pages du Monde, au sortir d’un mercato phocéen blanc. "On a érigé en principe le fait de dire non à un joueur parce que son entourage n’offre pas les conditions suffisantes sur le plan réglementaire."

Exit ainsi les agents troubles et autres parasites se revendiquant intermédiaires car faisant partie de l’entourage d’une recrue potentielle. Le nouveau président de l’OM avoue avoir black-listé "une quinzaine d’agents", tous indésirables à la Commanderie notamment. Quitte à devoir renoncer à certains transferts. Le directeur sportif marseillais, Andoni Zubizarreta, admet ainsi avoir été en contact cet hiver avec "un très bon arrière gauche, plus deux, trois autres joueurs". Des dossiers finalement classés sans suite en raison d’un entourage jugé nuisible.