Depay connaît le terrain

Reuters

Certains peuvent rire du fait que Memphis Depay soit la nouvelle star de l’équipe des Pays-Bas. Mais après la retraite de Wesley Sneijder, qui a fait ses adieux jeudi contre le Pérou (victoire des Oranje 2-1), et alors qu’Arjen Robben s’est déjà mis en réserve après la non-qualification pour la Coupe du monde 2018, c’est quand même un peu le cas. "Le poids est sur l’équipe, pas sur moi personnellement, assure l’attaquant lyonnais en conférence de presse. Beaucoup de nos joueurs évoluent dans de grands clubs, ce n’est pas spécifiquement à moi de changer toute l’équipe. Je vais adhérer et faire de mon mieux, avec tous les coéquipiers."

A la veille du court déplacement, pour lui, au Stade de France face aux champions du monde, ce n’est pas par hasard qu’il a été envoyé face à la presse. Ce France-Pays-Bas, premier match des Bleus devant leur public depuis le titre planétaire, c’est un peu son match. "On n’en a pas trop parlé avec Nabil Fekir, assure l’ancien Mancunien, auteur du doublé de la victoire jeudi soir. On ne s’est pas trop pris sur la tête, on va juste faire notre possible pour jouer au mieux." Désolé, mais il n’y a pas eu grand-chose de beaucoup plus intéressant.

Strootman l'a rejoint

Même à propos de son récent cambriolage, Depay n’en rajoute pas et remercie simplement son club du soutien. Côté sportif, à propos de son rôle en sélection, tout juste reconnaît-il qu’il aime bien jouer en n°10. "Mais je suis prêt à jouer partout où le coach le demande." Ronald Koeman, justement, qui dirigera l’équipe des Pays-Bas pour la sixième fois depuis sa prise de fonction en mars (une défaite pour commencer, puis deux victoires et deux nuls), ne parle pas spécifiquement de Depay.

L’ancien joueur du Barça se satisfait surtout de la trajectoire ascendante de son équipe: "Je rappelle que le Pérou n’avait pas pris plus d’un but lors de ses 17 derniers matches. On s’améliore petit à petit, c’est très important." Quant au caractère particulier de la rencontre de dimanche soir, et surtout de son adversaire, ça ne l’intéresse pas plus que ça: "Cette Coupe du monde et le titre qui va avec, c’est du passé. C’est une nouvelle compétition, à nous de prouver et de montrer qu’on peut contrer cette équipe." Avec Depay mais aussi son capitaine Kevin Strootman, qui l’a rejoint tout récemment en Ligue 1 (à l’OM).