Vieira: "Balotelli ? Ruiner 2 saisons comme ça..."

ICON SPORT

C’est ce qui s’appelle signer son retour : Patrick Vieira, à l’heure d’entamer sa carrière d’entraîneur sur le banc de l’OGC Nice, n’ignore évidemment pas que, malgré ses états de service outre Atlantique, son manque d’expérience parle en sa défaveur. Et l’on peut penser que toutes les occasions sont bonnes pour le champion du monde et champion d’Europe d’affirmer son autorité. Et de marquer son nouveau territoire. A l’évidence, Mario Balotelli lui en donne aujourd’hui l’opportunité.

Dans les colonnes de Nice-Matin, Vieira évoque ainsi la situation de l’attaquant italien qui, bien qu’il reste lié par une année de contrat avec le club azuréen, a acté son départ et sa volonté d’aller voir ailleurs. Tout en monnayant notamment sa renaissance et ses 43 buts inscrits en deux saisons sous le maillot des Aiglons. "Je l'ai eu au téléphone il y a quelques semaines et on s'était donné rendez-vous  à la reprise. Malheureusement, il n'est pas là", constate l’ancien Gunner trop au courant des us et coutumes de son milieu pour croire vraiment qu’un joueur de la trempe de Balotelli allait honorer de sa présence la reprise du Gym.

Mais Vieira insiste, bien dans son rôle de nouveau taulier soucieux de faire respecter l’institution : "C'est dommage parce qu'il a passé deux belles années, il a construit une très belle relation avec le club et les supporters, déplore l'ancien manager du New York City FC. C'est dommage que cela se termine ainsi. Qu'il veuille partir n'est pas un problème, cela fait partie du foot aujourd'hui. Mais ruiner deux saisons comme ça, c'est dommage. Des équipiers comme Seri et Le Marchand (transférés tous deux à Fulham), qui savaient qu'ils changeaient de club, étaient présents. Ce n'était pas facile pour eux, mais ils ont travaillé en respectant le club. Ils ont pu saluer tout le monde, au club et même les fans. Pour Mario, cela se termine différemment." Un « Super Mario » qui, toujours en pleine négociation de son arrivée à l’OM, a évidemment mieux à faire.