La Liga : Barcelone, des doutes plein la tête

Reuters

Que modifier au FC Barcelone ? La question peut paraître paradoxale pour le leader incontesté du championnat d’Espagne, nouveau recordman de matchs invaincus en Liga (39) depuis le week-end dernier et une victoire contre Valence (2-1). Pourtant, l’heure est grave en Catalogne. Pour la troisième année consécutive, le champion d’Europe 2015 s’est vu refuser l’accès aux demi-finales de la Coupe aux grandes oreilles, la faute à une Louve mordante et une « Romatada » déjà entrée dans les annales de la compétition. Un écueil de plus. Une chute de trop.

D'onéreux investissements à prévoir ?

Epinglé par la presse espagnole pour sa mauvaise gestion et ses choix tactiques ratés, l’entraîneur Ernesto Valverde ne sera probablement plus sur le banc catalan à la rentrée prochaine, et autour de son noyau dur (Messi, Suarez, Piqué, Alba), la formation azulgrana est contrainte de se renouveler, se remodeler, pour retrouver les sommets continentaux. Et donc de remettre la main à la poche, après les transferts déjà faramineux d’Ousmane Dembélé et Philippe Coutinho ces derniers mois.

Maître d’Espagne devant ses rivaux de l’Atlético et du Real Madrid, le Barça ne trouve en revanche plus la solution en Europe, au pire des moments. Celui où son grand ennemi merengue marque l’histoire avec un doublé mémorable (2016, 2017), et une decima conquise en 2014. Trois trophées de champion d’Europe sur les quatre dernières saisons pour la Casa Blanca, et un fossé tenace creusé entre les deux inséparables d’Espagne, et une différence abyssale au classement en championnat (15 points) loin de refléter l’écart sportif entre Merengue et Blaugrana.

Des remplaçants pas au niveau

Si le Real Madrid de ZZ s’appuie sur un groupe d’une quinzaine de joueurs pour surmonter les obstacles d’un calendrier harassant, Barcelone et Valverde évoluent avec bien moins de cartes dans leur jeu. Quand Marco Asensio, Isco et Lucas Vazquez apportent un écot important à chacune de leurs apparitions, André Gomes, Paco Alcacer et Nelson Semedo ont bien plus de mal à faire fructifier leurs temps de jeu. On pourrait aussi citer dans ce cas Denis Suarez (24 ans), éternel espoir au rendement trop faible (2 buts et 3 passes décisives en Liga) pour apporter une réelle alternative à Andrés Iniesta ou Ivan Rakitic dans l’entrejeu.

Au fil des semaines pré-Mercato, les noms ronflants devraient fleurir dans les journaux catalans. Les quotidiens Mundo Deportivo et Sport ne passent pas une semaine sans annoncer l’arrivée d’Antoine Griezmann au Camp Nou, de rêver d’une association argentine Dybala-Messi pour accompagner Luis Suarez, ou plus récemment d’envisager le recrutement du défenseur français Clément Lenglet (Séville FC), révélation de l’exercice en cours de l’autre côté des Pyrénées. Le tout dans l’attente de la décision de Samuel Umtiti de prolonger au non son contrat et de la peur d’un exode d’Andrés Iniesta vers la Chine. A six journées de la fin, rarement un futur champion aura avancé avec autant de doutes sur son avenir. Au Barça d’y apporter les bonnes réponses.