Coupe d’Europe : vers une année historique ?

Panoramic

Les clubs français sont en grande forme cette saison en Coupe d’Europe. Derrière la locomotive parisienne qui domine son groupe de Ligue des Champions, æ-exquo avec Flensburg, Montpellier est aussi en bonne voie pour rejoindre les huitièmes de la grande Coupe d’Europe. En Coupe EHF, Saint-Raphaël, Nantes et Chambéry ont déjà réalisé une performance historique en se qualifiant tous les trois pour la phase de poules. Les Savoyards ont notamment éliminé Berlin, vainqueur de la compétition la saison dernière.

Le championnat de France de handball monte en puissance d’année en année. Sous l’impulsion d’une Equipe de France des plus performantes et de la nouvelle puissance que représente le Paris Saint-Germain, le handball hexagonal s’est développé à grande vitesse. Aujourd’hui, les Parisiens sont parmi les grands favoris pour remporter le titre final en Ligue des Champions, tout comme les trois clubs français encore engagés en Coupe EHF, qui ont une belle carte à jouer.

Le PSG, enfin la bonne année ?

Montpellier est le seul club français à avoir remporté la Ligue des Champions c’était en 2003. C’était le premier fait d’armes d’un certain… Nikola Karabatic, accompagné à l’époque de Thierry Omeyer. Les deux joueurs sont aujourd’hui les piliers du PSG Handball. Depuis l’arrivée des Qataris à la tête du club, il y a trois ans, le club de la capitale n’a jamais semblé aussi fort pour remporter la compétition. En dix matchs de poules, les Parisiens se sont inclinés à seulement deux reprises, c’était à Veszprém (28-20) et à Flensburg (39-32). Avec les arrivées des frères Karabatic, de Moolgard et d’Onufryienko, le club de la capitale jouit d’une assise défensive jamais vue lors des précédentes saisons. Comme le dit le célèbre dicton, « l’attaque fait gagner des matchs, la défense fait gagner des titres ». Les Parisiens l’ont bien compris cette saison. Les coéquipiers de Nikola Karabatic devront maintenant assumer les promesses vues depuis le début de saison, car aujourd’hui pas moins de 6 ou 8 équipes peuvent prétendre disputer le Final 4. Le plus dur reste donc à faire, et Paris devra montrer qu’il est bel et bien un grand d’Europe, au même titre que Barcelone ou Veszprém.

Malgré leur glorieux passé, les ambitions montpelliéraines ont été quelque peu revues à la baisse. Gênés par les nombreuses blessures des joueurs cadres (Grébille, Simonet, Bonnefond…) les joueurs de Patrice Canayer ont bien résisté dans cette phase de poules. Après une brillante victoire à Kristianstad, Montpellier devrait normalement terminer à la sixième et dernière place qualificative pour les huitièmes de finale. Mais c’est là que ça se complique ! Car les Héraultais affronteront le deuxième de la poule A, c’est-à-dire Flensburg, Veszprém, ou …. le Paris Saint-Germain. Une mission compliquée, mais pas impossible. Si Patrice Canayer dispose de son effectif au complet, y compris de Mathieu Grébille (ligaments du genou) qui pourrait être opérationnel d’ici le mois de mars, qui sait ce qui peut arriver. Rappelons que Montpellier a battu le Paris Saint-Germain en championnat cette saison. Cependant une élimination en huitième de finale resterait un résultat plus qu’honorable, pour une équipe qui se reconstruit année après année.

Coupe EHF, vers un duel franco-allemand

Les clubs allemands dominent cette compétition depuis plus dix ans, en ayant notamment remporté onze des douze dernières éditions. Seul Szeged en 2014 a su mettre fin à l’hégémonie allemande. Cette saison, Chambéry, Saint-Raphaël et Nantes font partie des favoris, avec Goppingen et Magdebourg qui ont déjà remporté la compétition. Placés dans des poules abordables où les deux premiers sont qualifiés, Chambéry et Saint-Raphaël ont les capacités d’atteindre les quarts de finale, dernière étape avant le Final 4. Les Nantais devront certainement s’employer un peu plus que leurs homologues, avec les Allemands de Goppingen et les Norvégiens d’Holstebro. Après 2014, où Montpellier et Nantes s’étaient affrontés en quarts, on peut légitimement croire en une qualification des trois clubs français. Et si le tirage au sort le permet, pourquoi pas rêver de les retrouver tous les trois pour le Final 4…

Suivre T. Guerard sur Your Zone