Messi à la baguette, le Chili en fanfare

Reuters

Les Argentins attendaient la première titularisation de Lionel Messi dans cette Copa America, ils n'ont pas été déçus. Le quintuple Ballon d'Or a été à la base du large succès de son pays, samedi, en quarts de finale de la Copa America. L'Albiceleste a ainsi disposé du Venezuela (4-1) avec deux passes décisives et un but de "La Pulga", pour rejoindre les Etats-Unis dans le dernier carré.

Messi n'a d'ailleurs pas mis longtemps à prendre le contrôle de cette partie, servant Gonzalo Higuain sur un amour de ballon par-dessus la défense pour l'ouverture du score (1-0, 8e). En focalisant l'attention sur lui, le Barcelonais a ensuite permis à ses partenaires d'être plus libres de leurs mouvements. Higuain signait un doublé avant la demi-heure de jeu sur une passe en retrait manquée d'un défenseur des Vinotinto (2-0, 28e), avant que le malheureux Luis Seijas, passé par le Standard de Liège, ne se ridiculise en manquant complètement sa tentative de Panenka sur un penalty concédé par Sergio Romero (44e).

La vitesse d'exécution de Messi dans la surface lui permettait d'aggraver la marquer après le repos (3-0, 60e), avant de servir le nouvel entrant Erik Lamela pour sa seconde offrande de la soirée (4-1, 71e). Quelques secondes plus tôt, une tête de José Rondon (3-1, 70e), avait suscité un éphémère espoir chez les Vénézuéliens du Nantais Oswaldo Vizcarrondo.

Cet espoir, les Mexicains ne l'ont jamais entrevu. Après la démonstration argentine, le Chili a fait encore plus fort en atomisant littéralement (7-0) un "Tri" aux abois et méconnaissable. Le quadruplé de l'attaquant d'Hoffenheim Eduardo Vargas (44e, 52e, 57e et 74e), le doublé d'Eduardo Puch (16e et 87e) et la réalisation de la star locale Alexis Sanchez (49e) ont marqué cette rencontre traumatisante pour les supporters mexicains qui n'avaient jamais connu une telle humiliation dans un match à élimination directe sur le continent. Ce carton permet en tout cas aux Chiliens, tenants du titre, d'aborder leur demi-finale face à la Colombie avec le plein de confiance et un statut d'épouvantail réaffirmé.