Liga NOS : Le sprint final est lancé

Panoramic

Sporting CP, vaincre pour écrire l’histoire

Alors que l’arrivée de Jorge Jesus, en provenance du Benfica, sur le banc du Sporting en début de saison avait tout d’un pari risqué, l’illustre technicien portugais a toujours su résister à la pression, au point même de devenir peut-être une véritable icône. Et pour cause, le Sporting réalise jusqu’à présent un excellent parcours, tant au niveau du jeu que des résultats. Altruiste, à l’image de son entraîneur, l’équipe a su déjouer les nombreux pièges dans lesquels ses principaux concurrents sont tombés. Ainsi, au bout de vingt-sept journées, le Sporting est parvenu à s’emparer provisoirement de la première place du classement, mettant la pression sur Benfica, un match en moins. Voir les Liboètes réaliser une telle saison n’a toutefois rien de surprenant, le club ne s’étant incliné qu’à deux petites reprises en vingt-sept rencontres disputées.

Si la patte Jorge Jesus y est forcément pour quelque chose dans la réussite grandissante du Sporting, avec notamment une défense solide qui rappelle presque étrangement un certain Benfica version 2014-2015, le club est également parvenu à garder ses cadres à l’intersaison pour repartir sur de solides bases, à l’image de Slimani, second meilleur buteur du championnat.

Principal outsider de la compétition, le Sporting semble aujourd’hui capable de mettre fin à près de quatorze ans de disette et de domination du championnat par Porto et Benfica. Premiers en attendant le match de leur rival face au Boavista, Jorge Jesus et ses troupes ne doivent véritablement pas perdre ou concéder le partage des points pour finir devant dans ce sprint final. D’autant plus que pour écrire un peu plus l’histoire du club, il faudra à coup sûr venir à bout de Porto et Braga sur leur terrain, loin d’être une mince affaire…

 

Benfica, ne pas chuter pour la passe de trois

Mal embarqué en début de saison, avec trois défaites en sept matchs, dont deux face à Porto et au Sporting, Benfica semblait déjà s’éloigner d’un troisième titre consécutif. Cependant, le club orphelin de Jorge Jesus a vite su redresser la barre pour se diriger à toute vitesse vers les sommets du classement. En effet, l’équipe a réalisé une excellente série de quinze matchs sans la moindre défaite, dont une série de huit victoires consécutives. Cette bonne performance s’explique notamment par la parfaite cohésion d’équipe des hommes de Rui Vitoria, et du bon rendement offensif de Jonas et Mitroglou, 43 buts à eux deux depuis le début de la saison.

Mais malgré un succès important obtenu face au Sporting, le club a une nouvelle fois chuté face à Porto, ne parvenant donc pas à creuser un écart concret au classement. Cependant, la bonne remontée de Benfica a permis à Gaitan et ses coéquipiers de retrouver la première place, en profitant notamment des points laissés en cours de route par leurs deux principaux concurrents.

Avec un match de plus à disputer face au Boavista, les aigles pourraient alors confirmer leurs deux petits points d’avance sur le Sporting en cas de victoire, tout en affirmant l’écart un peu plus conséquent de six points avec Porto… Mais gare à une défaite surprise qui laisserait l’équipe sur la seconde marche du podium.

Tout comme le Sporting, Benfica, bien qu’en bonne position, ne doit pas lâcher de points pour s’offrir son troisième titre consécutif. Un titre qui marquerait alors la suprématie du club sur le football portugais et également la totale réussite de Rui Vitoria dès sa première année. Si les plus pessimistes diront que Benfica est la seule équipe des trois concurrents à encore disputer une compétition européenne, provoquant une débauche d’énergie supplémentaire, les plus optimistes rétorqueront que le calendrier du club est bien plus clément que celui de ses concurrents dans le sprint final.

 

Porto, un exploit pour la reconquête

Voilà désormais trois saisons que le FC Porto espère reconquérir un titre qui lui est si cher, d’autant plus que le club n’a rien remporté depuis son dernier sacre en 2013. Cependant, malgré un énième statut de favori, les dragons n’ont cessé de décevoir, jusqu’à aller au renvoi de Julen Lopetegui en cours de saison. Le constat au bout de vingt-sept journées est d’ailleurs simple, si Porto répond présent dans les grands matchs cette saison, les points concédés face à des équipes comme Arouca, Guimaraes ou Rio Ave ne permettent clairement pas au club de pouvoir prétendre à une domination du championnat. Trop irréguliers, les dragons semblent souffrir du départ de leurs cadres, et notamment celui de Jackson Martinez, Aboubakar n’étant qu’à 12 réalisations depuis le début de la saison. Si l’équipe, troisième, reste sur cinq victoires en six matchs, elle reste à quatre points du Sporting et potentiellement à six de Benfica, en cas de victoire du club lisboète face au voisin du Boavista. Là encore, le bilan est donc simple, Porto n’a plus son destin entre ses mains. Pour espérer un vingt-huitième titre, il lui faudra compter sur des mauvaises prestations de ses concurrents, tout en venant à bout de tous ces adversaires, dont le Sporting, dans les dernières journées.

P.S : Lors de l’écriture de l’article, le résultat de Benfica-Boavista n’était pas encore connu.

R. Boudon