Panoramic

Domenech répond à Ranieri

Rien ne va plus entre le FC Nantes et Raymond Domenech, un ancien sélectionneur de l’équipe de France qui a vertement répondu à Claudio Ranieri et Waldemar Kita.

Qui aura le dernier mot ? Car le ton commence sérieusement à monter entre Raymond Domenech et le FC Nantes. Tout est parti d’un tweet chambreur de l’ancien sélectionneur des Bleus raillant "la stratégie double bus" des Nantais face au PSG samedi dernier au Parc des Princes, avec un clin d’œil aux déclarations de Waldemar Kita, qui avait comparé Claudio Ranieri à une Mercedes et Michel Der Zakarian à une 2CV.

Les Canaris ont d’abord répliqué par un cinglant "Pas sûr que vous soyez le mieux placé pour parler de bus" sur le même réseau social, en référence au fameux bus de Knysna, avant que Ranieri ne monte lui-même au créneau jeudi en conférence de presse.

"Le meilleur bus que je connaisse, c'est celui de Domenech, ça c'était une affaire très importante. (…) S'il parle de théâtre, je peux l'écouter. Mais s'il parle de foot, jamais !", a tonné l’entraîneur italien, dénonçant également les propos tenus cet été par Domenech, un président de l’UNECATEF qui n'aurait pas accordé le droit d'entraîner en France à Ranieri en raison de son âge: "La chose très grave, c'est que lui fasse de l'ironie sur les entraîneurs. C'est incroyable alors que c'est le chef des entraîneurs français. Et l'éthique ?"

"Ils me font de la publicité"

Des points sur lesquels l’intéressé est revenu dans la soirée, sur La chaîne L’Equipe: "D'abord, quand ils répondent à mon tweet, ils me font de la publicité, ça me fait rire. Monsieur Ranieri, qui est tellement attaché au FC Nantes, avait envie de partir prendre la sélection italienne, c'est dire à quel point son club compte pour lui ! Pour ce qui est du théâtre, je dirais donc que lui est certainement plus doué pour le cinéma..."

Il en également profité pour adresser un tacle au président nantais, qui ne devrait pas rester sans réponse. "Pour moi, on n’avait pas le droit de dire que l’un est une 2CV et l’autre une Mercedes. On n’a pas le droit de faire de différence, c’est un métier difficile et compliqué pour tout le monde. Monsieur Kita n’en est pas à sa première pour dévaloriser les entraîneurs français. Je n’ai pas répondu à Monsieur Ranieri, je ne sais pas de quoi il vient de se mêler dans cette histoire, mais à Monsieur Kita", a-t-il ainsi poursuivi, alors que Der Zakarian a lui aussi répondu à l’homme d’affaires polonais, pour ses propos qu’il juge "d'une grande médiocrité".