Arsenal: Wenger dénonce les effets limités du fair-play financier 

Reuters

Le fameux fair-play financier voulu et instauré par Michel Platini n'en finit plus de faire débat. Arsène Wenger ne fait visiblement pas partie de ses adhérants. L'entraîneur d'Arsenal a pointé du doigt ses effets limités, marqués par les achats conséquents de clubs comme Manchester City ou le Paris Saint-Germain cet été.

"Ça a amené beaucoup d'insécurité dans la décision prise par l'UEFA, alors ils ont commencé à assouplir un peu les règles. La dernière décision en juillet concernait le Paris Saint-Germain et Manchester City, ce qui a complètement ouvert la porte (...) Nous continuons de gérer nos affaires avec les ressources que nous créons. Peut-être que ça changera ici un jour. Ce n'est pas un manque d'argent. Pour le moment c'est un handicap pour nous car nous avons les ressources, il nous manque juste des joueurs", explique le boss des Gunners dans les colonnes du Telegraph

Actuellement 9e de Premier League, les Londoniens se déplacent ce samedi après-midi sur la pelouse de Newcastle (13h45).