France - Croatie - Cette loi des séries qui s’est encore vérifiée

Reuters

Toutes les séries ont une fin. La Belgique peut en témoigner, elle qui espérait, sur la foi des sept dernières éditions de la Coupe du monde, que son statut de bourreau du Brésil lui garantissait l’accession à la finale.

Mais il est des séries qui perdurent. Pour preuve celle qui veut, depuis 1982, que l’Inter Milan et le Bayern Munich aient chacun au moins un joueur en finale de la Coupe du monde.

Ce sera encore le cas cette année avec Corentin Tolisso, côté français, qui représentera le Bayern Munich et les Croates Ivan Perisic et Marcelo Brozovic et pour l’Inter Milan. 

Les représentants en finale: 

1982 (RFA-Italie): Breitner, Dremmler, Rummenigge (Bayern) Berdon, Bergomi, Marini, Oriali, Altobelli (Inter)

1986 (RFA-Argentine): Augenthaler, Eder, Hoeness, Matthaüs (Bayern), Rummenigge (Inter) 

1990 (Allemagne-Argentine):  Aumann, Reuter, Kohler, Augenthaler, Pflügler, Thon (Bayern), Brehme, Matthäus, Klinsmann (Inter) 

1994 (Brésil-Italie): Jorginho (Bayern), Berti (Inter) 

1998 (France-Brésil): Lizarazu (Bayern), Djorkaeff, Ronaldo (Inter) 

2002 (Brésil-Allemagne): Kahn, Linke, Jeremies, Jancker (Bayern), Ronaldo (Inter) 

2006 (France-Italie): Sagnol (Bayern), Materazzi (Inter) 

2010 (Pays Bas-Espagne): Van Bommel, Robben (Bayern), Sneijder (Inter) 

2014 (Allemagne-Argentine): Neuer, Lahm, Boateng, Schweinsteiger, Müller, Kroos, Götze (Bayern), Campagnaro, Alvarez, Palacio (Inter) 

2018 (France-Croatie): Tolisso (Bayern), Perisic, Brozovic (Inter)