Coupe du Monde - Trump, un lobbying gênant pour "United 2026"

Reuters

La Coupe du monde n’a pas encore débuté mais le premier match va avoir lieu ce mardi. Et c’est un duel d’importance entre le Maroc d’un côté et United 2026 qui regroupe les Etats-Unis, le Canada et le Mexique qui souhaitent co-organiser la Coupe du monde 2026. Pour ce premier Mondial à 48 équipes, les défis ne manquent pas et le mode de scrutin a changé puisque ce n’est plus le comité exécutif qui décide mais l’ensemble des fédérations présentes qui vont prendre part au vote.

Il reste d’ailleurs encore quelques détails à régler sur l’identité exacte des membres du congrès prenant part au vote (fédération radiée ou absente, fédération en lien trop direct avec les Etats-Unis) et qui devront attribuer leur voix au Maroc à United ou à aucune des deux

En cas d’égalité c’est l’évaluation technique qui prime, et là le Maroc serait perdant. Autre point à l’avantage des Etats-Unis, les recettes qui seraient très supérieures…

 

 

"Ce serait une honte si des pays que nous avons toujours soutenu faisaient campagne contre la candidature américaine."

Donald Trump

Trump en fait-il trop ?

Un mode de scrutin qui ressemble à ce qui est pratiqué pour les Jeux Olympiques avec le lobbying que cela induit. En ce sens, le tweet de Donald Trump, que United était contraint d’avoir dans sa poche mais sans être trop proche quand même, prend son sens. Loin du mur à ériger entre les Etats-Unis et le Mexique ou les insultes récentes envers Justin Trudeau, le premier ministre Canadien, il avait lâché le 27 avril : "Les Etats-Unis ont réalisé un dossier solde avec le Canada et le Mexique pour la Coupe du monde 2026. Ce serait une honte si des pays que nous avons toujours soutenu faisaient campagne contre la candidature américaine. Pourquoi devraient-on soutenir ces pays s’ils ne nous soutiennent pas (Y compris aux Nations Unies)". Ce n’est même plus un mélange des genres mais une menace très claire !

La France et Noël Le Graët ont fait campagne en faveur du Maroc et défendu cette candidature auprès de l’UEFA. Un poids d’importance pour les Marocains défendus par Hicham El Guerrouj, le champion olympique, symbole de ce projet.