Coupe du Monde : L’Italie et la peur du vide

Battue lors du barrage aller de Coupe du monde, en Suède (0-1), l'Italie est plus que jamais au pied du mur avant le match retour ce lundi à Milan.

Le dénouement est proche. Et c’est l’Italie tout entière qui est prise d’une sorte de crise d’angoisse à laquelle elle n’est ni préparée, ni habituée. La simple perspective de manquer une Coupe du monde et ce sont les livres d’histoire qu’il faut ouvrir pour trouver trace de l’épisode de 1958 qui l’avait vu manquer le grand raout du football mondial. Pourtant, la menace plane depuis bien longtemps…

Deuxième d’un groupe logiquement dominé par l’Espagne, elle avait encaissé un KO définitif à Madrid en septembre (0-3). Un duel direct inégal qui valide les difficultés actuelles d’une formation italienne en panne de confiance et de certitudes. Et comme tout a été de travers en Suède lors du barrage aller, l’opportunité de remettre la Squadra Azzurra d’équerre sera unique. San Siro s’y prépare et Giampiero Ventura, très critique envers l’arbitrage (la Suède avait été très heureuse de ce succès initial) va surtout devoir bouger ses troupes secouées physiquement par les Suédois à l’aller (Bonucci a eu le nez cassé par Toivonen).  

 

 

Pour cette occasion, Sans Verratti suspendu, le sélectionneur italien va sans doute passer en 3-5-2 comme l’annonce la presse italienne. Avec notamment un trio défensif (BBC pour Bonucci, Barzagli et Chiellini) à la sauce Juventus 2017 devant un Buffon qui rêve d’être le premier à participer à une sixième phase finale de Coupe du monde… Si le portier assure que son cas est secondaire, le destin est lié. « Tout ou rien », titre la Gazzetta. Personne en Italie ne souhaite imaginer vraiment un mois de juin sans Mondial. On le comprend aisément.


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement